Galerie des bibliothèques – PHOTO-FEMMES-FÉMINISME 1860-2010/Collection de la bibliothèque Marguerite Durand

Hier, dimanche photographique consacré à quelques visites dont celle de la galerie des bibliothèques, celle-la même qui me semble-t-il avait abrité l’exposition Zucca (celle qui fit scandale).  Le titre indique le thème: le féminisme. Du coup, à l’expo, que des visiteuses !  Marguerite Durand (1864-1936) avait les honneurs, notamment au rez-de-chaussée,  puisque les photos sont tirées de la bibliothèque qui porte son nom. Cette dame, dont je n’avais  jamais entendu parler il faut bien le dire et que j’aurais oubliée dans deux semaines, fut une journaliste et femme engagée dans la cause féministe. Plusieurs photographies nous montrent la plantureuse protestataire et on voit aussi des pièces diverses sous vitrine dont un extrait de son journal, La Fronde, qu’elle fonda en 1897.

En dessous se déploie le gros de l’exposition autour de quelques thèmes. On voit ainsi des photographies de célébrités de son époque (et d’autres plus contemporaines) dont beaucoup ne seront connues que des spécialistes. On peut citer, tout de même, Polaire, Mistinguett, la goulue, la belle Otero, Sand, Rosa Bonheur, Sarah Bernardht, Marie Laurencin, Camille Claudel, Yourcenar, Frida Khalo par Gisèle Freund.

En suite, c’est au tour des travaux de  quelques photographes célèbres: Sabine Weiss,  Berenice Abott, Germaine Krull, Laure Albin-Guillot, Margaret Bourke-White et aussi Edith Gerin dont le nom m’était inconnu. L’ensemble est complété de portraits de photographes fameuses comme Yvette Troispoux et Irina Ionesco.

Ensuite c’est moins intéressant avec des femmes au travail, anonymes ou non mais on notera quand même des pièces d’anthologie comme ce courrier autorisant une jeune femme à se présenter à l’agrégation de math pour homme (après avoir été reçue à l’agrégation pour femme) et encore cette photo de femme en tenue de pilote d’automobile.

On finit avec les révolutionnaires depuis les communardes jusqu’au MLF qui parait aujourd’hui complètement ringardisé, pas assez récent pour paraitre actuel et pas assez ancien pour être auréolé d’un charme suranné. On se concentrera donc sur les petits portraits de communardes (dont Louise Michel) annotés de remarques policières.

C’est 6 euros,  jusqu’au 13 mars 2011, c’est original comme exposition et instructif aussi bien que pour les femmes que pour les hommes.

Le Bal – 5 étranges albums de famille

Après le CWB, aujourd’hui c’était aussi le BAL (déjà visité à son lancement – billet ici). Plus de visiteurs cette fois que lors de mon passage précédent mais guère plus de photos: quel dommage qu’un si beau volume n’ait pas été aménagé de manière plus rationnelle, sans parler même de l’espace librairie et café, utiles certainement pour financer le lieu mais empruntant encore des mètres carrés sur l’espace d’exposition. C’est à se demander si finalement le BAL ne risque pas de devenir un café-librairie avec un espace d’exposition (je plaisante à peine).

Quoi qu’il en soit le vaste rez-de-chaussée était consacré à Emett Gowin (à voir chez Pace/MacGill ici) représenté par de nombreux petits formats noir et blanc courant sur trois murs tandis que le quatrième était encombré d’un courte vidéo de Erik Kessels (3 minutes) au son péniblement grinçant.  Gowin réussit à faire peur en montrant des photos de familles des années 60 en noir et blanc. C’est un exploit. Des visages flous ou un chien flou dans un coin, des bras croisés, des mines renfrognées, des lèvres pincées, des contrejours, des yeux baissés, une peau boutonneuse ou une tache de vin sur le visage, tous les portraits et toutes les scènes sont intrigantes, transpirent la gêne, l’ennui, voire la douleur. Les flous « de vitesse » sur certaines images donnent l’impression que  le temps ne s’écoule pas à la même vitesse partout, comme dans un film de SF, ajoutant au trouble. Une belle série.

Au sous-sol, l’espace est partagé entre le travail de Alessandra  Sanguinetti (site ici) accroché sur fond rouge et sa vidéo, le travail de Metyard et les vidéos de Saddie Benning.

Le travail de Sanguinetti est extrêmement connu et en particulier les tirages exposés qui d’ailleurs ne sont pas ceux de la série « les aventures de Guile et Belinda » mais un extrait de cette série complété d’un extrait d’une autre série « The life that came », les deux couvrant ensemble la période 1999-2006. Les deux filles (sœurs) que l’on voit grandir se touchent souvent, s’étreignent, ne se parlent pas et nous sommes témoin de leur existence, simple, dans une ferme, de leurs émotions muettes, le tout baigné d’une couleur extraordinaire. Les grands formats carrés sont néanmoins parlant et puissants. C’est un remarquable travail servi par un accrochage irréprochable. La vidéo, une interview des enfants, est en revanche faible et inutile, c’est un document de travail plus qu’autre chose et sa place n’est pas au beau milieu de la salle, le texte introductif de l’auteur était suffisant à mon sens et le temps long dans lequel s’inscrit de le travail de l’auteur n’est pas compatible avec la vidéo mais bien plutôt avec l’écrit.

Le travail de Meatyard (L’album de Famille de Lucybelle Crater) est aussi fort connu mais d’une autre génération et son caractère répétitif est un peu lassant mais ne manque pas d’un certain charme. Il montre monsieur et madame, leurs enfants et amis,le plus souvent en portrait statique, noir et blanc et de petit format, chaque personnage étant masqué de façon grotesque.

Les trois vidéos (avec casques) de Sadie Benning étaient squattés par le public: je déteste ce genre de dispositif « propriétaire » (un seul profite) dont l »hygiène me semble également douteuse mais c’est une autre histoire.

En résumé, de belles images mais aucun effort de recherche (artistique, pédagogique ou historique) ou de construction d’un propos, pas de pièce ou d’auteur exceptionnel qui renverrait à une qualité muséale mais seulement une « bonne galerie » (payante de surcroit – peu certes mais le principe demeure).  Je conseille à chacun d’y faire un tour dans l’idée de se faire une opinion et de juger de la nécessité ou non d’y retourner la fois prochaine.

Centre Wallonie Bruxelles (CWB) – Les incontrôlés

Le Musée d’art moderne de la ville de Paris montre actuellement des photos consacrées à la jeunesse américaine (ici) mais aussi Basquiat: bilan des courses, une queue de 100 mètres.  J’aurais du le savoir puisque pour l’exposition Larry Clark (billet ici)  j’avais fait le même constat un samedi après-midi et m’étais donc résolu à passer en matinée. Au Jeu de paume, même situation: les visiteurs étaient priés de poireauter dehors avant d’avoir d’avoir le droit de patienter à l’intérieur puis d’être admis en salle.

Autant que dans un cas comme dans l’autre j’ai levé l’ancre et  c’est donc, non pas par dépit, mais par défaut, que je me suis tourné aujourd’hui vers le CWB que je n’avais pas revu depuis bien longtemps (un peu plus d’un an en fait – billet ici).

Le CWB présente jusqu’au 20 février 2011 un extrait de ce qui a été montré lors de la BIP qui s’est tenue en 2010 à Liège et à laquelle je m’étais rendue: un bon moyen de se rafraîchir la mémoire et, de fait, toutes les pièces m’étaient connues. et seuls les portraits de maitres-chiens par Nicolas Clément ne me disaient rien: peut-être ne les avais-je pas vu lors de ma visite car je n’avais pas pu tout voir.

Je me souvenais en revanche fort bien des femmes culturistes  de Martin Schoeller en format XXL, des autoportraits tristes et grassouillets de Melissa Desmet (son blog avec son travail ici), des cellules dépouillées, presques abstraites de Joyce Vlaming (ici), les boules à neige en format minuscule revisitées par Nathalie Noël (ça ne s’invente pas). J’ai revu aussi le travail d’Edouard Levé, sur le Rugby, avec ses représentations de scènes de rugby réalisées par des hommes en tenue de ville (à voir chez Loevenbruck, ici). Disparu tragiquement il y a 3 ans environ, l’auteur avait marqué les esprits avec le même principe appliqué à des scènes pornographiques laissant le regardeur projeter les scènes habillées dans un tout autre contexte.

Autre travail presque amusant, celui de de Catherine Vernet baptisé silence, une série de portraits couleurs où figurent des personnes bouches fermées un mobile collé à l’oreille: peut-être un classique un jour, celui de « l’homme au mobile » comme celui de « la femme à la perle » (Corot) ou « la jeune fille à la perle » (Vermeer): on porte les objets de son époque, non ? Son site est ici.

On conclura avec le travail très bizarre de Tilman Peschel (site ici) où un personnage seul se livre à des activités aussi risquées qu’étranges entre blocs de mousse et accessoires divers, un bon moyen d’être intrigués et un écho peut-être à Erwin Wurm.

Au final, bien qu’un peu brève, l’exposition montre des photographes et artistes de talent, à des stades fort variés dans l’avancement de leur carrière, mais toujours pourvu d’un regard personnel. Une visite s’impose (c’est gratuit et face à Beaubourg) et si vous avez raté le BIP 2010 à Liège, vous aurez droit à une (petite) séance de rattrapage.