BIP 2012 – Liège – Les brasseurs

Aux Brasseurs, qu’on avait visité en 2010 pour la précédente BIP, le programme était très sympathique (mais payant et un peu mince). On ne commence pas avec le meilleur avec des photos noir et blanc intimes (avec du sexe dedans) de Hervé Guibert (mais qui se souvient de lui, après la fin des années SIDA ?) puis vient Patricia Kaiser avec une photo grand format recto verso d’une tête vue de dos, hum, hum et aussi Sandra Ancelot avec une vidéo. Je passe aussi sur Purpose (le webmagazine) avec des diapos accompagnées d’un son pénible au point d’être insuportable (qui a eu cette idée ?), c’est dommage car le magazine est plutôt pas mal.

Fort heureusement, Sabine Koe est là. Ses autoportraits seule et en couple, nu ou non, sont calmes ety clairs, sans érotisme, de formats modeste et en tirages mats. Ses mélanges de payasages en noir et blanc et de portraits en couple fonctionnent également très bien.  Une sorte d’éloge de la photographie simple, franche et honnête. Anne-Catherine Chevalier, ex-consultante et designer exposait une très longue série mothers and daughters à deux, 3 ou 4 de toute génération mais avec une préférence pour les adolescentes propres sur elles et leur mère itou. Enfin, au grenier, Lara Gasparotto (22 ans, ESA Saint-Luc) qui a le vent en poupe (boutographies, voix off à Arles et déjà chez Stieglitz dont le goût est sûr) cède à la voix de l’amoncellement photographique avec des tirages de tout type et format, encadrés ou non, jetés sur un mur de plusieurs mètres de haut et accompagnés (on se demande pourquoi, du coup) de quelques tirages proprets en beau format bien encadrés mais toujours divers par leur forme. Ce sont moins les tirages isolés qui produisent effet que l’ambiance qui se dégage du tas: urgence, énergie, désir et mouvement. En voilà une qu’il faudra suivre.

About these ads