Mois de la photographie à Paris – 22 – Galerie Laurent Godin – Philippe Durand – Offshore

Dans le cadre du Mois de la photographie qui, décidément, dure un très gros mois, la Galerie Laurent Godin (ici) montre jusqu’au 3 janvier 2009 des photographies de Philippe Durand pour sa série « Offshore 3 ». Le site web de la galerie fait pitié (« new website coming soon ! » est-il annoncé depuis bien longtemps) mais celui de l’artiste est heureusement plus à la hauteur (ici).

La précédente exposition dans cette galerie m’avait laissé dubitatif (ici) en dépit toutefois d’un concept sous-jacent, auquel on adhère ou pas mais qui a le mérite d’exister. Cette fois, je suis à nouveau dubitatif car je n’ai rien trouvé du tout, même pas de concept.

Philippe Durand nous montre des grand formats couleur présentant tous les signes extérieurs de richesse et de tropicalité : multiples vues de greens avec caddies, yacht, grosse voiture et, en contrepoint, colline naturelle verdoyante mais..à vendre.

Le titre, « Offshore », nous éclaire : on suppose qu’il s’agit là d’illustrer sous forme de reportage, ce qui se passe dans les paradis fiscaux tropicaux hébergeant les fonds offshore (rien à voir avec les forages du même nom).

Philippe Durand s’efforce d’adopter une approche aussi discrète que les fonds offshore : après tout, des golfeurs et des yachts, on en voit aussi en France. Pas de strass ni de paillettes, pas de banquiers, pas de limousine, pas de salles de marché. Il faut dire aussi que ontrer des flux financiers (immatériels)  n’est pas chose aisée.

Peu de choses nous indiquent finalement que nous sommes à Antigua et Barbuda, dans les Caraïbes, et le plus amusant est que cette île n’a pas été qualifiée par le FMI de « offshore financiel center » (ici) contrairement aux Antilles néerlandaises, aux Bahamas, aux  Bermudes et aux Îles Caïmans. De même, le FATF-GAFI a bien examiné ce pays mais il ne figure pas sur la liste (ici) des NCCT (non-cooperative countries and territories) de 2007.

Les deux illustrations proviennent du site de l’artiste : à droite « For sale » et à gauche « Jolly Harbour » (le panneau est dissimulé dans la verdure).

Publicités