Maison européenne de la photographie – Robert Combas – Le frimeur flamboyant

Depuis quelques semaines, la MEP (Maison européenne de la photographie) a renouvelé son accrochage. On y trouve de tout, pour ne pas dire qu’on y trouve n’importe quoi.

Il est ainsi possible de passer, en moins de 2 minutes, des cartes postales américaines des années 1880-1910 (en gros) au travail de Robert Combas. Robert Combas est peintre et produit aussi des sculptures et des mosaïques (entre autres). J’avais évoqué son travail l’été dernier dans l’un des premiers billets de ce blog (ici), car il exposait en Arles alors que s’y tenait de la Festival de la photo (c’est encore ici).

Le style de Robert Combas est facilement reconnaissable avec ses personnages bien portants peints en gros traits aux couleurs vives. On ne sera pas dépaysé ici : ceux qui aime Robert Combas aimeront et ceux qui n’aiment pas Robert Combas n’aimeront pas. Ceux qui apprécient la photographie seront déçus car s’il s’agit de peintures SUR photographies, on ne voit plus rien de la photographie (et d’ailleurs ce n’est pas grave) et on verrait une peinture sur bois que l’on ne verrait pas de différence. Artiste prolifique, Robert Combas produit au kilomètre et, comme à Arles, le sentiment d’abondance peut virer à l’accumulation.

mep-combas

Quoi qu’il en soit, le peinture de Robert Combas est vivante, gaie, joyeuse, décorative et ses textes, qui accompagnent ses œuvres et qu’on ne sauraient qualifier simplement de « titres », sont toujours aussi croustillants et poétiques. Alors si vous avez raté l’expo à Arles à la Fondation Van Gogh, ne ratez pas l’exposition (bien plus modeste) à la MEP. Les photos illustrant ce billet sont, je l »espère, suffisamment réussies pour inciter à la visite et assez ratées pour que le regardeur souhaite préférer voir les œuvres pour de vrai.

mep-combas02

Publicités