Galerie de l’Europe – Paris sous la pluie – Christophe Jacrot

Je suis tombé par hasard fin mars (peu avant la fin de l’exposition Paris sous la pluie) sur la Galerie de l’Europe dont je découvre à l’instant le site web calamiteux (ici) qui fait contraste avec l’emplacement de rêve de cette galerie (angle de la rue Jacob et de la rue de Seine).

Je suis passé en coup de vent, intrigué par une exposition photo qui m’avait échappée. Il s’agissait du travail de Christophe Jacrot (son site ici).

Ce que j’ai éprouvé en regardant ce travail, c’est  un doute croissant, d’expo en expo (et je commence en avoir vu pas mal) sur la valeur des photographies exposés (en général mais cette expo sert, si j’ose dire, de révélateur).

La qualité technique des photographies est désormais impeccable pour qui veut veut se donner un peu de mal, même sans talent particulier :  il suffit de regarder la production amateur sur les sites spécialisés (comme Flickr) et les bases de données de photographies où s’achètent à vil prix des photos de qualité (au moins sur le plan technique). De fait, l’écart apparent se réduit entre pratique amateur et professionnelle et l’œil est, de surcroit, de plus en plus saturé de telles photos. Des photos propres mais de quel intérêt ?

J’en suis donc là en voyant Paris sous la pluie. Des photos propres, jolies, faciles à regarder et peut-être aussi faciles à vendre au touriste de pasage à Saint-Germain des près (so romantic !).

Qu’en tirer comme conclusion (temporaire) ?

Plus que jamais, le pédigree du photographe (formation initiale et parcours), son discours (ou raison d’être de son travail – cohérence, pertinence, engagement, etc) et la valeur de la galerie (sa réputation, sa connaissance du domaine photographique, la clarté de ses choix, sa capacité à défendre ses auteurs, son flair dans la découverte de talents ensuite confirmés) prennent une importance déterminante à mes yeux.

Au final, je me dis que les talents sur Flickr ne manquent pas et qu’après tout, pour celui qui recherche simplement un effet décoratif sans s’investir beaucoup, il n’est pas si bête de contacter un auteur sur Flickr (ou un site comparable) et de demander le tirage d’une belle image : ce sera sans prétention artistique mais 10 fois moins cher qu’en galerie.

Il y a là en tout cas deux options : l’achat direct à un inconnu sans prétention ou l’achat d’un artiste dans une galerie solide. L’un et l’autre se défendent …mais pas le mélange des genres.

Quoi qu’il en soit, je reviendrai sur le thème des galeries plus tard, notamment sur celles, souvent virtuelles, qui vendent des « posters » déguisés en « d’œuvres d’art ».

Publicités