Galerie Taïss – Manolo Chrétien – Must move

La Galerie Taïss (ici et 5 rue Debelleyme) montre Must move, jusqu’à fin juillet 2009, une proposition de Manolo Chrétien dédiée aux États-Unis.

C’est la première fois que je visite cette galerie, me semble-t-il, et j’ai eu peur, en entrant, de revoir le travail de Nicolas Ruel exposé à Seine 51 (billet ici) à savoir de jolies photos tirées sur alu brossé. De fait, tout le rez de chaussée est consacré à des travaux sur alu brossé dont le rendu esthétique est particulièrement séduisant à peu de frais. Trois séries se partagent cet espace : l’une dédiée aux panneaux de signalisation américain des grandes marques, une autre aux entrelacs urbains (autoroutes, fils électriques) et la dernière à un cimetière d’avion. C’est vraisemblablement cette dernière et surtout les plans rapprochés portant sur les éléments métalliques qui  sont les plus originaux et en adéquation avec l’alu brossé.

Au premier étage, il s’agit d’une production presque abstraite, semble-t-il réalisée à New-York, avec des effets de flou que pour ma part je n’ai guère appréciée tant elle est banale (voir mon billet ici, par exemple, sur Hanaka qui traite le même sujet d’une manière très proche).

Dans un tout autre registre, le troisième et dernier étage de la galerie montre une effigie en carton de Obama et un ensemble de photos où cette effigie est insérée.  Je ne sais pas s’il s’agit de faire sourire, de faire un pied de nez à Photoshop (pourquoi s’embêter avec un vrai bout de carton au lieu d’un montage numérique ?), un hommage à Obama (à l’aise partout en toutes circonstances semble-t-il) ou au contraire d’une critique de son omniprésence souriante ? Je ne sais pas, à chacun de se faire son opinion.

Toutes les illustrations proviennent du site de la galerie qui  en est richement doté.

Publicités