FotoGrafia – Festival international de Rome – Palais des expositions

On a évoqué rapidement le Off de Fotografia, le festival de photo de Rome, qui ne brille pas spécialement, peut-être en raison d’un échantillon trop réduit mais qui demeure en moyenne comparable voire supérieur, toutes proportions gardées, au Off d’Arles car au moins aucun médiocre « parasite » n’est venu se greffer sur l’évènement, ce qui est salutaire.

La déception la plus grande vient de l’exposition présentée comme centrale, au palais des expositions. La partie gratuite étant peut-être la mieux présentée, avec un vrai accrochage et non une projection de diapos.

Celle-ci montrait notamment les travaux de  Geovanny Verdezoto (série roma occulta) de petits formats panoramiques pris a faible hauteur à  Rome ce qui est un angle de vue original et qui peuvent être vus sur son blog (ici). C’est assez séduisant. Dans un autre registre, Guy Tillim, qu’on ne présente plus (il a notamment été exposé à la fondation HCB au printemps dernier), exposait roma, citta di mezzo, de  grands formats couleur sous un ciel couvert d’hiver avec une alternance de scènes vides et peuplées, d’antique et de moderne mais toujours avec un cadre urbain contemporain. Là-encore, un regard original sur Rome qui a fait l’objet d’un livre d’ailleurs.  On quittait Rome pour le Caucase avec David Monteleone pour des photos encore saisissantes bien que plus convenues peut-être  (à force de voir le Caucase…) dans sa série from the body to the soul.a journey in caucasus.

La partie payante, en revanche, décroche le pompon.On abordera ici les deux premières salles.

Nan Goldin, décidément très en vogue (marraine des rencontres d’Arles, rappelons-le) montrait 244 photos en diapos avec essentiellement la musique de Bjork. Comment dire ? Il s’agit du plus pur style Goldin, à savoir des photos de quotidien en l’espèce du quotidien essentiellement sexuel de couples (hétéro et homo). Sensation désagréable d’être un voyeur et un effet de masse et de répétition un peu lassant. Un résultat beaucoup moins réussi que le montage visible à Arles, plus rythmé, plus varié, finalement plus riche en émotions.

Venait ensuite une autre salle plongée dans l’obscurité car l’expo se déroulait sur sept écrans LCD (assez petits). Si un écran LCD était adapté pour regarder des photos, cela se saurait et comme en plus il faut bien avouer que les productions étaient pour certains d’une très faible ampleur, la frustration était de mise.

Fernanda Veron montrait ainsi eo ero vivo, vivo alla luce del sole, des photos couleur comme vieillies avec beaucoup de ciels et des incendies aussi.  Son site web (ici) permet finalement de mieux rendre justice à son travail que l’expo. Filippo Romano exploite un filon graphique assez proche dans sa série waterfront avec des bords de mers et des plages présentant comme des défauts dans le tirage et des couleurs irréelles.

Jacopo Benassi a choisi lui la vidéo ce qui est plus indiqué sur un LCD mais il ruse en montrant son livre de photo, the ecology of image, où il tourne les pages une à une. C’est un peu glauque. Il s’agit surtout de portraits un peu bizarres mais aussi de pieds et de souliers. Chacun son truc. En tout cas, ça ne laisse pas indifférent. Son éditeur montre des extraits éclairants et livre quelques commentaires (en français) ici. Carlo Bevilacqua n’a pas retenu le film mais les diapos avec un montage son et sous-titres anglais pour son reportage sur un illuminé qui a pris le parti de vivre en solitaire sur une ile, privé de tout (Gusbert Lippelt:low cost life).

Je passe sur Ingar Kraus qui présentait Davao, une série déjà vue (en partie) chez Camera Obscura à Paris (billet ici).

Javier Marquerie Thomas (série summertime) montre des polaroids soit cote à cote soit sur un seul côté de l’écran et on voit bien le problème de montrer son travail sur un écran. En plus, c’est très court. Par contre, son blog montre son travail de manière extensive et j’aime bien ses portraits, notamment sa série Flight of Fancy. Son site en espagnol est en partie traduit en anglais et figure ici.

Wanda Perrone Capano (série flatmates) montre côte à côte un portrait et un objet. Sur le coup je n’avais pas été convaincu mais curieusement cela ressemble à la série ci-dessus qui me plait tant. Je n’ai pas trouvé son site mais sa page (ici) sur le site de l’Istituto Italiano di fotographia qui ne montre pas hélas cette série.

On conclut cette première partie avec Andrea Botto (série horizons) qui nous montre des horizons presque en  monochrome bleu et aussi du noir avec juste quelques lumières. Encore un exemple d’un travail qui gagnerait à être tiré sur papier: au départ j’ai cru que le LCD était éteint et plusieurs personnes ont pensé comme moi… Son site (ici) est pas mal mais hélas la série horizon n’est pas visible (le lien est mort).

Publicités