Maison européenne de la photographie – Programme d’automne 2009

Comme à chaque renouvellement de l’accrochage de la Maison européenne de la photo (site ici), je me précipite pour voir ce qu’il en est. Et chaque fois ou presque je suis déçu. Cette fois je ne me suis donc pas précipité et n’ai visité l’expo que le 3 octobre, quelques jours avant sa fin (le 11). En revanche, j’ai été de nouveau déçu.

Korner union (leur site ici), un micro collectif , montrait dans la petite salle qui suit le vestiaire quelques images unies par une approche « optique » de la photographie, comme des cadres en trapèzes montrant des rosaces ou encore une  demi-banane devenant entière par réflexion. Passons.

Pierre Keller exposait sa série horses, des culs de cheveaux, presque abstraits (il s’agit d’agrandissements de polaroïds) sur un niveau entier de la MEP. Dans cet ensemble, seul le texte d’introduction, une vraie perle de Jean-Louis Gouraud, méritait de l’attention.

Ara Guler (saison de la Turquie oblige) montrait des images de la Turquie situées dans les années 55-59 pour l’essentiel. Un écran LCD intelligemment disposé dans un angle (!) interdisait au public de le regarder et empêchait aussi de voir les photos à proximité.  On se demande qui a réfléchi à l’accrochage.

Le pompeusement dénommé « festival @rt Outsiders » montrait de l’art (?) contemporain et non de la photographie, dont la place est plus en galerie qu’à la MEP. Seul le travail de Yang Yi (uprooted) faisait exception et m’a permis de voir son travail que j’avais raté à la galerie Dix9. C’est un travail remarquable (remarqué notamment par Poivert ici) qui évoque les populations chassées de leurs villages à la suite de la construction du barrage des Trois Gorges en Chine. Mais pourquoi payer son entrée à la MEP s’il s’agit de voir des photos exposées gratuitement en galerie et que le galériste peut commenter ?

Bref, l’ensemble n’était pas terrible et je crains le pire avec le prochain accrochage qui sera consacré à Delpire, dont on nous a déjà rebattu les oreilles et les yeux à Arles cet été.

Publicités