Noorderlicht 2009 – Groningen Photo Festival – Découverte

Il y a quelques mois (ici), tout en racontant PhotoEspaña, j’avais évoqué un séjour à Groningen en septembre 2009 à l’occasion de  Noorderlicht. Voilà le moment de raconter cela (euh, en fait, c’est le moment car j’ai enfin un peu de temps). Dans ce 1er billet, je vous raconterais ma vie passionnante au bout du monde, à Groningen, aux Pays-Bas (si, si).

Le 1er constat c’est que c’est loin: 7H30 de trajet en train mais l’avion fait à peine mieux compte tenu des marges à prendre, de l’éloignement de l’aéroport et de la nécessité de finir en train (et puis ça me colle mal aux oreilles en plus, l’avion). La bonne nouvelle c’est que depuis le 13 décembre 2009 la durée du trajet en train a été réduite de 51 minutes vers Amsterdam donc l’avion est définitivement enterré (et puis c’est plus écolo aussi le train).

Je suis donc parti de Paris Gare du Nord le 23 septembre à 8h25 pour Schipol (36 euros) et suis arrivé à 12h19 à Schipol. De là, départ à 13h19  pour Groningen (30 euros) et arrivée à Groningen à 15h53.  Retour sur le même mode le 27 septembre: Groningen-Schipol (12h04-14h39) à 30 euros puis Schipol-Paris (15h42-19h35) à 83 euros en raison d’une réservation un peu tardive mais globalement les retours de week-end sont chers.

Le train pour Groningen est à prendre à Schipol chaque 19 de chaque heure et la correspondance avec l’aéroport est donc immédiate contrairement avec ce que je croyais, si certains veulent venir en avion (Schipol est l’aéroport international d’Amsterdam).  Ce train indique deux destinations à la même heure (Groningen et Leeuwarden) et à Wolle un message citait ces deux villes mais on est bien allés à Groningen après un léger moment de malaise. Petite précision, si le Thalys est polyglotte, le train local parle uniquement le néerlandais: si vous avez de bonnes bases en allemand et en anglais vous comprendrez en gros de quoi parle le chef de bord, sinon inutile d’y compter.

Le train c’est bien car on profite du paysage, surtout après Schipol puisqu’on troque le Thalys pour un train plutôt lent. Les paysages traversés montrent des prairies, des bois et des éoliennes comme en France mais aussi bien sur des marécages (comme en Camargue) et des prés sillonnés de canaux de drainage un peu comme dans les marais en Vendée. Je n’ai vu qu’un moulin et pas de tulipes sauf à Groningen au marché. Les prés sont remplis de moutons plus que de vaches et il y a beaucoup de chevaux (j’ignore a quoi ils sont destinés).

Arrivé à Groningen, on voit que la ville est petite et il faut 15 minutes a pied seulement pour atteindre le centre depuis la gare en traversant le canal qui ceinture entièrement la ville (un boulevard forme un second cercle autour de la ville).

Il y a de quoi manger partout, surtout des broodjes (petits-pains). On peut aussi acheter des casse-croutes dans un supermarché comme le Albert Heijn situe sur Vismarkt ou chez VV qui fait aussi des pizzas et des paninis ainsi que des petits déjeuners a 2,5 euros (un bon plan). Sur le marché, il y a aussi de quoi faire, surtout le vendredi et le samedi: outre les vêtements et les légumes ainsi que les fleurs et les fromages et les poissons, il y a des marchands de charcuterie qui font des choses à emporter et du poisson frit en quantité.

Comme je ne connaissais pas la ville, j’ai pris le déjeuner a l’hôtel mais 9 euros c’est trop au vu du buffet (pas mal mais sans plus, à la hollandaise avec plein de pains différents et peu de viennoiseries). L’hôtel était situé sur Grote Mark, il était calme tant dedans que dehors. La chambre est une chambre double (compter 75 ou 95 euros selon le jour), histoire d’avoir de l’air: une single est envisageable pour un séjour plus court.

La tour Martini étant juste en face, son carillon est un peu pénible à la longue (il sonne à chaque quart d’heure) et si vous avez le sommeil léger, des boules sont bienvenues.

Groningen est une ville jeune avec 25% de la population qui est étudiante ce qui évidemment est frappant à voir dans les rues, outre les vélos. Le centre est d’ailleurs réservés aux piétons et vélos. Les trottoirs sont pavés et non goudronnés et ils sont très larges ce qui facilite le déplacement des personnes âgées très nombreuses en fauteuil électriques (c’est très étonnant) ce qui serait impossible en France avec nos trottoirs.

Au final, le séjour a été agréable, trois jours plus une mâtinée et une fin d’après-midi, sans pluie. Le gros des expositions se voit en deux jours et les horaires d’ouvertures sont 11-18 h pour le noyau dur et plutôt 13-17 h pour le reste: rares sont les expos visibles le matin (ou alors il s’agit souvent de sites commerciaux, de magasins et ce qui est montré donc est de moindre qualité).

Pour une fois prochaine, il me semble qu’il faut mieux essayer d’arriver en fin de matinée à Groningen en partant très tôt, passer deux jours et rentrer en milieu de mâtinée le 3ème jour.