Baudoin Lebon – Anne-Marie Filaire et Malala Andrialavidrazana

Chez Baudoin Lebon (ici et 38 rue sainte croix de la Bretonnerie) hier, on pouvait voir Anne-Marie Filaire au rez-de-chaussée et Malala Andrialavidrazana à la cave (attention, c’est une belle cave) et c’est jusqu’au 27 février 2010.

Anne-Marie Filaire montre dans ailleurs en noir et blanc de grands formats panoramiques pour l’essentiel, et quelques quasi-carrés. Les quasi-carrés sont centrés sur des bâtiments inachevés et les panoramiques montrent en gros un mur serpentant dans le désert entre les maisons. On est en plein conflit israélo-palestinien à proximité du « fameux » mur, celui qui a remplacé l’autre. Les carrés c’est 3 400 euros et les panoramiques 11 000. Il faut pouvoir vivre avec ça à la maison, c’est un peu déprimant. Ceci dit, ça fait impression, certains panoramiques sont spécialement impressionnants en montrant l’immensité du dispositif sans compter les 2 à 3 mètres de large de l’image constituée de prises de vues « collées » les unes aux autres. Le papier critique de 2008 de Michel Poivert, ici, reste d’actualité.

Avec insomnia de Malala Andrialavidrazana on devient plus léger. Un tube néon rouge au-dessus de l’entrée de la cave porte le nom de la série et les caissons lumineux de format moyen nous montrent des images colorées de la nuit asiatique, en l’espèce à Hong-Kong. C’est sympathique.

Je n’ai pas trouvé les sites web des artistes ni aucune photo potable sur le web. Dommage.

Cette entrée a été publiée dans Paris. Bookmarquez ce permalien.