BNF – Bourse du talent

La BNF (site web rénové depuis peu ici) exposait jusqu’à aujourd’hui les travaux des jeunes photographes distingués dans le cadre de la Bourse du talent. J’y suis allé dimanche dernier pour ma part. Contrairement à l’an passé où je découvrais la plupart des photographes et leurs travaux, cette fois-ci, bon nombre des travaux et des auteurs m’étaient connus.

Clémence de Limburg (lauréate dans la catégorie reportage, série escape, site ici) illustrait l’existence de Gitty et de sa fille,  une jeune femme juive partagée entre une existence de new-yorkaise ordinaire qu’elle a choisi et le mode de vie orthodoxe de son ex-mari. Un reportage qui se lit autant qu’il se regarde. Philippe Conti (coup de cœur dans la catégorie reportage, site ici) montrait des images de civils mutilés lors de la guerre en Irak.

Lucie et Simon (lauréats en catégorie portrait, série scènes de vie) illustrent la vie quotidienne de jeunes gens « vu de dessus »: c’est bien composé, propre, frais et design. On avait déjà vu leur travail chez Frédéric Moisan (billet ici).  Aglaé Bory (coup de cœur portrait, série corrélations, son site ici) saisit de touchants autoportrait d’une jeune mère et de sa petite fille empreintes d’un je ne sais quoi d’absence ou de tristesse, sans effet.

Claire Cocano (lauréate mode, série sweet sixteen, site ici) nous montre des jeunes filles épurées, aux couleurs fluo souvent seules dans des cadres vides. Le problème avec la photo de mode c’est que l’objet photographié doit être au 1er plan et que du coup j’ai un peu de mal à voir le rapport avec la photographie « désintéressée » où le propos se veut artistique: c’est d’autant plus délicat quand on a pas le recul de l’histoire (qui vaut à des photographes de mode ou de publicité d’être considérés à l’égal d’artistes). C’était je crois la 1ère année où ce genre est introduit. Il n’en reste pas moins que ces photographies sont fort sympathiques.  Franck Glenisson (coup de cœur mode, site à la navigation chaotique ici) incarne un style totalement masculin avec un éphèbe sortant des eaux muni d’une prothèse de jambe que l’on dirait sortie d’une BD de Bilal. Mouais. Françoise Spiekermeier (coup de cœur mode, site ici) qui n’est plus vraiment une jeune photographe (on dirait poliment « mid-career » pour reprendre le terme consacré) exposait de magnifiques portraits de jeunes africains en tenue locale. C’est beau, simplement.

Le dernier volet est consacré au domaine « espace » (c’est un peu bizarre comme intitulé) et Arno Brignon série 31sans, site ici) est lauréat.  Si c’est photos viennent de Toulouse, elles n’ont rien à voir avec l’espace aérien mais plutôt avec la banlieue (style vu’). Qu’on se rassure, Arno sait photographier dans d’autres styles. Julien Lombardi (série artefact, mention spéciale espace, son site ici) montre des objets de nuit, un sujet réussi comme un exercice de style mais un peu éculé. Stéphanie de rougé (coup de cœur espace, série overground, site ici) traite un sujet pour le coup très original, sympa et avec pas mal de fraicheur: il s’agit des toits des immeubles à New York qui sont utilisés comme terrasse ou jardin.

Publicités