Rencontres de la photographie d’Arles 2010 – Eglise des frères prècheurs

Comme l’an dernier, l’Église des Frères Prêcheurs est consacrée à une collection privée: cette fois il s’agit de celle de Marin Karmitz (qui fait suite à celle de Nan Goldin – billet ici) qui ne perd décidément pas le nord en publiant, avec Christian Caujolle, à cette occasion, un ouvrage sur sa collection.

L’ampleur de l’exposition et sa qualité me semblent moindre que celle montée sur la collection Perlstein (billet ici) mais cela reste un bon pot-pourri de la création photographique d’après-guerre. L’exposition montre d’une part une petite sélection très diversifiée, hélas numérotée avec des planches pour savoir qui est l’auteur (comme pour la collection de Polaroids) ce qui est une catastrophe pour le regardeur que je suis.

D’autres auteurs font l’objet d’un traitement plus privilégié avec des espaces plus amples qui leurs sont dédiés. On pourra en passant souligner l’effort remarquable de scénographie au sein de cette Église.

Parmi ceux qui se trouvent mis en avant, on notera notamment Ackerman, Marker (avec ses visages froissés), Kiarostami, Abas, Appelt, van der Keuken, Faigenbaum (vu à de multiples reprises dont la dernière fois à PhototoEspaña l’an passé – ici), Stromholm, Shuh, d’Agata et Petersen (déjà vus à Arles l’an passé – ici) et deux artistes qui sortent du champ photographique, Boltanski (qui y recourt néanmoins) et sauf erreur Messager qui n’y recourt pas. Il y a pas mal de photographes de chez VU’ dans la collection Karmitz, il a dû faire leur fortune ;-)

C’est un extrait de collection donc à c’est prendre comme tel, la visite peut se justifier mais les amateurs éclairés familiers de ces photographes n’y verront, je pense, rien de transcendant.