La petite poule noire – Stéphanie Lacombe

On connait un peu le travail de Stéphanie Lacombe déjà récompensé et donc montré (billet ici). En revanche, c’était la 1ère visite la semaine dernière chez La petite poule noire (12 bd des filles du calvaire).

Le travail exposé tranche avec ce que l’on connaissait auparavant: ici, pas de reportage amusé mais une photographie presque onirique, mystérieuse et très travaillée avec du bougé, des superpositions, des froissements. Du coup, cela désarçonne un peu, au début au moins, et il faut un petit moment d’adaptation pour retrouver ses petits et identifier ici et là comme des monstres (ci-dessous, illustration en provenance de chez Myop) ou des êtres étranges et masqués surpris en pleine nature. D’autres images sont plus traditionnelles dans leur sujet (paysages inhabités) mais le traitement est toujours original. Ces « trois saisons », regroupements effectués au sein de sa série « Sur la plus haute branche », deux au niveau de la rue et la troisième en sous-sol, ont chacune leur tonalité (l’été est passé à la trappe je crois bien).

C’est une exposition à aller voir et c’est jusqu’au 3 novembre 2010.

Cette entrée a été publiée dans Paris. Bookmarquez ce permalien.