Galerie Esther Woerdehoff – Ursula Kraft – Nymphalis antiopa / Traum-a

On ne présente plus la Galerie Esther Woerdehoff (36 rue Falguière) qui expose jusqu’au 16 octobre le travail de Ursula Kraft (contrairement à ce que j’ai indiqué par erreur dans mon agenda).

Par malheur, comme pour le billet précédent, ni la galerie ni l’auteur n’ont mis en ligne d’illustrations linkables sur leur site web respectif, dommage cette évolution du web.

La photographe montre deux séries. La première (Traum-a), à droite en rentrant, se compose de portraits, souvent mais pas toujours en diptyques, voire en triptyque. Cadrés de près sur fond noir, les yeux fermés, ils nous montrent des visages peu expressifs, masculins ou féminins, parfois penchés ou tournés comme on peut le faire justement quand on a plus de repère visuel. Les prix commencent à 1 500 euros pour des tirages diasec de petit format. Ce n’est pas transcendant, surtout le principe des diptyques ou triptyques qui ne fonctionnent pas vraiment: j’aurais mieux aimé une série de « rêveurs » en portraits individuels et un discours un peu moins fumeux:

Angelika Beckmann décrit le titre de l’oeuvre, qui « joue sur les notions de rêve (Traum), d’espace (Raum) et de traumatisme (Trauma). Chaque dérivation du mot implique la proximité de l’expérience onirique individuelle et psychique, la présence spatiale de l’homme et ses situations traumatiques pesantes : il y a là une interrelation entre la vie intérieure et extérieure.

La seconde série (compter près de 5 000 euros) se compose de grands formats en lightbox avec une jeune personne sur fond blanc couverte de jolis papillons colorés. A part le contraste avec la série précédente (noire et de petit format) et le caractère décoratif des oeuvres, on se trouve un peu démuni pour aller plus loin et le rapprochement un peu simpliste entre papillon et ado via la métamorphose ne mène nulle part.

Un accrochage donc à voir avec les yeux pour l’essentiel, c’est déjà ça, quant aux clés plus « intellectuelles », si elles existent, à vous de chercher.

Cette entrée a été publiée dans Paris. Bookmarquez ce permalien.