Galerie Paris-Beijing – Zhou Jun – The Red and the Black

La Galerie Paris-Beijing (54 rue du Vertbois) montre The Red and the Black par Zhou Jun (qui n’a pas de site web) jusqu’au 21 octobre.

C’est une galerie que l’on visite avec plaisir à chaque accrochage. Cette fois encore, les images séduisent mais, car il y a un mais, on se demande si la galerie parviendra à identifier des photographes qui ont vraiment quelque chose à dire, au-delà de la séduction plastique de grands formats colorés sous diasec. Il serait souhaitable de pouvoir trouver, de temps à autre, histoire de se reposer les yeux, le travail d’un véritable photographe (éventuellement artiste) et non pas seulement d’habiles graphistes ou illustrateurs chinois, dont la maitrise de Photoshop est certes indéniable mais peu distinctive d’un étudiant quelconque en école d’art.

Pour en revenir à Zhou Jun, ses photographies noir et blanc présentent des chantiers et autres constructions ainsi que des lieux symbolique de la Chine, en grand format sous diasec, rehaussées de rouge ici et là, notamment les échafaudages. Qu’en penser ?

Tout d’abord, indéniablement, « ça en jette » et puis le rouge évoque le communisme, c’est cela qu’on se dit, le contraste entre deux monde, celui du capitalisme flamboyant et l’autre. Bien. Un cartel à l’entrée indique que le rouge, en Chine, évoque aussi le succès et le bonheur après avoir été, comme ailleurs, symbolique du sang. Bon, pas sûr que le photographe ait cela en tête (billet instructif et bien documenté ici). Ensuite, on regarde la suite de la (longue) série et rien de nouveau n’apparait, aucune connexion ou émotion ou réflexion plus profonde ne vient troubler le regardeur.

Au final, une exposition décorative avec de jolies images qu’on pourra aller voir sans crainte, en attendant un accrochage plus audacieux.

Cette entrée a été publiée dans Paris. Bookmarquez ce permalien.