Galerie des bibliothèques – PHOTO-FEMMES-FÉMINISME 1860-2010/Collection de la bibliothèque Marguerite Durand

Hier, dimanche photographique consacré à quelques visites dont celle de la galerie des bibliothèques, celle-la même qui me semble-t-il avait abrité l’exposition Zucca (celle qui fit scandale).  Le titre indique le thème: le féminisme. Du coup, à l’expo, que des visiteuses !  Marguerite Durand (1864-1936) avait les honneurs, notamment au rez-de-chaussée,  puisque les photos sont tirées de la bibliothèque qui porte son nom. Cette dame, dont je n’avais  jamais entendu parler il faut bien le dire et que j’aurais oubliée dans deux semaines, fut une journaliste et femme engagée dans la cause féministe. Plusieurs photographies nous montrent la plantureuse protestataire et on voit aussi des pièces diverses sous vitrine dont un extrait de son journal, La Fronde, qu’elle fonda en 1897.

En dessous se déploie le gros de l’exposition autour de quelques thèmes. On voit ainsi des photographies de célébrités de son époque (et d’autres plus contemporaines) dont beaucoup ne seront connues que des spécialistes. On peut citer, tout de même, Polaire, Mistinguett, la goulue, la belle Otero, Sand, Rosa Bonheur, Sarah Bernardht, Marie Laurencin, Camille Claudel, Yourcenar, Frida Khalo par Gisèle Freund.

En suite, c’est au tour des travaux de  quelques photographes célèbres: Sabine Weiss,  Berenice Abott, Germaine Krull, Laure Albin-Guillot, Margaret Bourke-White et aussi Edith Gerin dont le nom m’était inconnu. L’ensemble est complété de portraits de photographes fameuses comme Yvette Troispoux et Irina Ionesco.

Ensuite c’est moins intéressant avec des femmes au travail, anonymes ou non mais on notera quand même des pièces d’anthologie comme ce courrier autorisant une jeune femme à se présenter à l’agrégation de math pour homme (après avoir été reçue à l’agrégation pour femme) et encore cette photo de femme en tenue de pilote d’automobile.

On finit avec les révolutionnaires depuis les communardes jusqu’au MLF qui parait aujourd’hui complètement ringardisé, pas assez récent pour paraitre actuel et pas assez ancien pour être auréolé d’un charme suranné. On se concentrera donc sur les petits portraits de communardes (dont Louise Michel) annotés de remarques policières.

C’est 6 euros,  jusqu’au 13 mars 2011, c’est original comme exposition et instructif aussi bien que pour les femmes que pour les hommes.