En bref – La petite poule noire – Révolutions

Je n’aime pas trop les expositions collectives, surtout quand tout est mélangé. Ce que montre la Petite Poule Noire est donc exactement ce qui me déplait: un « pot-pourri » de travaux divers d’auteurs divers.  Fait aggravant, il s’agit de photographies à peine sèches, issues de reportage de presse dans les pays arabes faisant actuellement leur « révolution ». Pourquoi est-ce aggravant ? Parce que le recul manque un peu, parce que les photos de presse sans recul sont des illustrations de presse et que leur place est moins sur les cimaises que dans les magazines.

Au programme, donc, Dominic Nahr, Guillaume Binet, Julien Daniel, Lionel Charrier, Luca Sola, Olivier Laban-Mattei, Ron Haviv, Yuri Kozyrev. Cela fait beaucoup (trop) pour un espace si réduit.

L’exposition est sauvée des eaux, peut-être, par une partie de ce qui est montré au sous-sol, sous une forme originale, imprimée.

L’exposition est visible jusqu’au 24 mai 2011.

Cette entrée a été publiée dans Paris. Bookmarquez ce permalien.