Arles 2011 – Archevêché – Chris Marker

Après les billets et la visite de l’Église Sainte Anne, il est naturel de rester sur la place de la République et de se rendre à l’Archevêché qui lui fait face.

C’est Chris Marker qui en est l’invité avec 300 cliches de 1957 à 2010. A l’entrée, des photographies d’affiches de film et des œuvres qu’on croirait des gravures de Dürer, les deux en petit nombre et c’est tant mieux. La salle suivante montrent la série dite des coréennes qui montrent aussi des coréens et des paysages et qui remonte à 51-57. C’est un vestige historique d’une Corée pas encore soumise complètement à une dictature implacable. C’est aussi la seule chose qui vaille et c’est peu (15 photos ?), trop peu en fait pour justifier d’une visite sauf à avoir un pass. Les fans de cinéma pourront toujours, s’ils sont patients (28 minutes), regarder La Jetée, film fameux de Marker car pour le reste, il n’y a pas grand chose à sauver: je regrette l’exposition de 2009 (Duane Michals), celle de 2010 étant déjà un ratage.

Disons tout de même un mot du reste. Dans « Quelle heure est-elle ? » Marker montre 36 visages de femmes en petit format, dans le métro. Dans « Pasengers » ce sont les murs qui sont recouverts par 203 petits portraits couleur de gens dans le métro parisien, souvent des filles, et des tirages souvent pixelisés. Tout au bout dans la dernière salle, 3 vidéos tournent en boucke et 18 stills sont afichés ainsi que 18 tirages des portraits froissés vu l’an passés à l’église des frères Prêcheurs (billet ici).

Une exposition donc contournable.

Cette entrée a été publiée dans Paris. Bookmarquez ce permalien.