Arles 2011 – Eglise Sainte Anne

Fraichement muni de mon pass à 35 € je suis allé presque en face à l’Église Sainte Anne, pour cette première visite à Arles 2011. Le thème de l’exposition est le New York Times. La chaleur dans l’Église était moins éprouvante que l’an passé et c’est tant mieux. C’est une expo massive mais hélas, chaque alcôve est dévolue à un auteur voire à un thème si bien que ce n’est que saupoudrage de photographies, souvent aussi de format réduit au regard des pratiques des auteurs. Ne boudons pas toutefois notre plaisir, il y a de la belle photo et aussi, cela intéressera les spécialistes, des tirages d’essai réunis en planche et des planches contacts ornées de gomettes colorées, parfois même des lettres et email accompagnent les photos. C’est un visite à faire absolument.

On commence à gauche avec un désormais classique, Salgado et ses ouvriers du pétrole intervenant après la guerre du Koweït dans un monde d’apocalypse en noir et blanc. En contrepoint, on passe à Crewdson qui bénéficie lui de grands tirages en couleur mais peu nombreux du coup. Ce photographe est connu pour la sophistication de chacune de ses photographies qui se prépare comme une action cinématographique. On y voit des stars (comme Julian Moore) jouant un rôle dans une « maison de rêve » (titre de la série).

Avec Paolo Pellegrin on repasse sur du « dur » avec le Darfour et la récente actualité libyenne. Ceux qui ne connaissent pas verront l’iconique photo du gosse aux deux jambes plâtrées étendue sur le sol. Et avec Ryan McGinley (entrevu à Paris en 2010 chez Agnès B., billet ici), on repasse au futile avec des photos de stars comme  Cotillard ou Winslet; pour faire bonne mesure il est accompagné de Van Meene, Dijkstra, Lamsweerde et Matadin, le tout en format réduit ce qui est surprenant quand on connait leur travaux. Ce volet est sobrement baptisé « grands acteurs » (actrices auraient été plus adéquat).

Simon Norfolk clôt la partie gauche avec des collisionneurs du Cern presque abstraits et là aussi en format un peu réduit au regard de sa pratique (on l’avait vu à Groningen en 2009 – ici).

Entre les deux ailes, le pont est fait avec la commande « time square »  réalisée par 20 photographes (rien que des pointures): Goldin, Towell, Ashton Harris, Epstein, Tunbjork, Morell, Bassman, Keating, Pierson, Armstrong, Di Corcia, Leibowitz, Close, Ellen Mark, O’Neil. L’ensemble « rend » Time Square mais les photographes sont du coup les parents pauvres, en retrait du sujet,  représentés par une ou deux photos. On poursuit dans la veine américaine avec Adario pour un reportage de guerre, un peu de propagande us, ça ne fait pas de mal.

McGinley revient ensuite, en grand format (ah, enfin), avec des athlètes olympiques, de près, dans l’action, les visages non reconnaissables sur des fonds colores presque unis, c’est magnifique.

Dans ce régime de douche écossaise, après la puissance élégante, le drame avec le n° du NYT du 11 septembre. Avec les 10 ans de cette catastrophe il est possible que le sujet reparaisse (voir billet récent sur Cullman ici). Les portraits de musulmans par Mermelstein sont les plus frappants, ainsi que leurs mots mais c’est peut être le contenu écrit, les mails et lettres échangés le jour et le lendemain de l’attentat qui suscite le plus d’émotion, plus en tout cas que les photos pourtant dramatiques de McCurry et Franco. Dommage ne pas avoir joué le jeu jusqu’au au bout et de n’avoir pas consacré plus d’espace à cette catastrophe historique, le calendrier s’y prêtait réellement.

Le sujet uivant, «  »mode et melanges de styles » est un bric-à-brac de grands talents un peu gâchés par le peu d’espace où on trouve pêle-mêle Ballen, Friedlander, Goldin, Koons, Sidibe et Seiland (pourtant une belle brochette !).

On conclut avec Peress pour son reportage en Iran vers 1979 avec une double frise de photos superposées et un texte courant horizontalement entre les deux.

Bien qu’imparfaite car un peu dispersée (on regrette le solo show de Ronis) cette exposition vaut la peine d’être vue.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Paris. Bookmarquez ce permalien.