Arles 2011 – Couvent Saint Césaire

Le Couvent Saint Césaire est devenu un lieu d’exposition depuis l’an passé et sa réfection réussie. A l’étage, on trouvait un projet éducatif et, comme un cheveu sur la soupe, le travail artistique (à défaut d’être photographique), de Inaki Bonillas, à réserver aux seuls initiés, qui brode autour d’une vieille photographie d’archive.

Au rez-de-chaussée, qu’il valait mieux donc ne pas abandonner, on trouvait quelques pièces de Tourneboeuf, cinq très grands formats d’intérieurs, comme à son habitude, Tourneboeuf qu’on voyait aussi aux Ateliers. Surtout, on pouvait voir les grands gagnants du concours que SFR organise depuis des années et qui étaient auparavant exposés rue Fanton.

Aurélie Durant, montrait des photos réalisées depuis un bus touristique ,un disque clair sur-imprimé au centre soulignant la distance (ah ?). Je passe aussi rapidement sur les formats carrés noir et blanc de Jean Pierre Dastugue et les deux séries couleur de Marin Hock (malades mentaux près de Charleroi et vues insolites de New York). Le site de ce dernier comporte des séries intéressantes qui valent le détour et finalement sur le web on se rend mieux compte de l’intérêt de son travail en en voyant à la fois la diversité et la cohérence( comme quoi il vaut mieux parfois rester chez soi dans son fauteuil plutôt qu’aller voir un accrochage moyen).

Leo Delafontaine donnait dans l’humoristique (enfin un photographe qui ne se prend pas pour un intello, c’est si rare à Arles, et pourtant il sort de Louis-Lumière) avec des photos de Paris mais aux USA. Son site web (ici) est également réjouissant avec de nombreuses séries.

Je termine avec mon genre de prédilection, le portrait, représenté ici par  Francoise Beauguion et Claire Delfino. Francoise Beauguion (ENSP 2009) propose un grand classique, les portraits croisés, ici jeunes israéliennes vs jeunes palestiniennes, un peu facile mais bien fait et puis son site est à voir qui réserve une large place aux portraits, aux femmes et à la religion.

Claire Delfino se livre quant à elle aux portraits au réveil sous le titre « plis du sommeil », c’est assez sympathique et ça me fait penser à une autre série (mais j’ai oublié lenom de l’artiste) où des gens était photographiés après avoir été volontairement réveillés en sursaut…

Les photos ci-dessus sont des liens vers les sites web des auteurs respectifs.

Cette entrée a été publiée dans Paris. Bookmarquez ce permalien.