MEP – Exposition de l’été 2011 – 2ème partie – L’ombre de la guerre et Jane Evelyn Atwood

Dimanche dernier se terminait l’accrochage d’été de la MEP, que j’avais vu pour partie il y a quelques semaines (billet ici) et une file d’attente monumentale s’était formée à ma grande surprise (d’où l’intérêt d’être abonné :-).  Atwood nous y montrait d nombreux aveugles et des jeunesdans des centres d’aide par le travail en France. On a droit aussi à Haïti mais pour une part il s’agit d’images d’avant la catastrophe (on ne coupe pas néanmoins à quelques images du drame en couleur). La pièce suivante nous gratifie de stocks d’armes et amputés, notamment d’Angola et du Kosovo, c’est assez abominable. Une vraie mine trône dans un coin pour égayer l’exposition. Après avoir traversé le palier, un petit coin derrière un rideau montre des photos de la Rue des Lombards avec ses prostituées vers 1976-1977. Puis on continue dans la joie avec une salle immense consacrées aux prisonnières (de France, de Russie et d’ailleurs), vues ici comme de malheureuses victimes d’un système ou de leur oppresseur masculin; des vitrines présentent des témoignages d’affectation des détenues à l’attention de la photographe. J’ai un peu de mal à être pleinement convaincu.

« L’ombre de la guerre » comme s’intitule l’exposition qui se développe à l’étage suivant rassemblent,t des images iconiques de la guerre d’un peu toutes les époques avec des tirages de Capa, Smith, Taro et de bien d’autres et on pourra voir la petite fille nue courant au Vietnam, le type qui se fait abattre de sang froid au Vietnam, la mort d’un républicain en plein vol en Espagne, le drapeau rouge planté sur le Reichstag, les ouvriers du pétrole de Salgado pendant la guerre du Golfe, etc. Beaucoup d’images ont reçu le world press photo award.

C’est une exposition de grande qualité mais déprimante.

Cette entrée a été publiée dans Paris. Bookmarquez ce permalien.