Le 104 – Jeune création 2011

Dimanche dernier c’était le dernier jour de Jeune création 2011 au 104. Ce n’était pas une exposition dédiée à la photographie mais certains artistes y recouraient, peu il faut bien le dire, beaucoup préférant l’installation ou la sculpture (voire la peinture). L’entrée était payante, ce qui m’a un peu étonné.

Jérémie Léon ouvrait le bal avec des photographies de vestiges américains, un sujet devenu classique avec l’écroulement des villes associées à l’industrie automobile. Virginie Laurent s’attaque au sujet des roms, plus qu’un marronnier, un sujet récurrent dans les expositions mais ici Virginie s’attache à montrer des images inhabituelles, loin des clichés éternellement brassés, à Lille, un sujet social qu’elle a déjà abordé dans des travaux passés. Lucia Barbagallo nous promène dans le Lambeth (au sud de Londres), avec ses petites maisons de briques, so british. Margret Hoppe recherche les traces du communisme dans ses clichés de Bulgarie, un sujet aussi devenu classique. Regis Feugere montre des bâtiments délabrés (sa série palimpsestes peut-être). Carole Douillard utilise la photographie comme témoignage de performances, en l’espèce, ici, dormir dans la rue, une performance qu’elle devait livrer sur place le soir même à 19 heures, d’ailleurs. Enfin, Marylise Humbert avait choisit une sorte de portraits de  deux ex-légionnaires, visages et gestes du quotidien encore empreint de vie militaire, pour sa série légionnaires un jour.

Il faut noter que Jeune création expose 5 photographes (Arnaud Rodriguez, Ricardo Yui, Stefano Marchionini, Kourtney Roy et Simone Lueck) à partir de demain au 24 rue Berthe et jusqu’au 7 décembre seulement.

Cette entrée a été publiée dans Paris. Bookmarquez ce permalien.