PhotoMonth 2011- East London – 6ème jour – fin

A part la Tate Britain, ce 6ème jour à Londres pour PhotoMonth 2011 incluait trois visites.

D’abord, Protein Gallery avec un show appelé Index 7 (le site est très bien fait et richement illustré) un petit espace logé à proximité immédiate de la City, au bout de la minuscule Hewett Street au n°18, qui montrait le travail de 7 jeunes diplômés des meilleurs écoles d’art (dont  la central st martin). Luz Marina Trellez montrait de très petits formats couleur de geeks devant leur écran de PC la nuit avec bref descriptif de la situation (nom,prénom, durée d’usage), ce n’est pas très original mais ça fonctionne plutôt pas mal. Eva Roovers exposait deux sortes de mini totems faits d’objets colorés quotidiens. Paul Vickery avait choisi 3 photos d’un gangster sud américains tatoués comme il se doit et en noir et blanc, là-aussi un sujet rebattu. David Calverley-Morris semble montrer une salle de marché en noir et blanc comme en miroir haut / bas mais l’image est difficile à interpréter. Jo Phipps s’essayait au portrait avec deux séries: d’abord de petits formats carrés presque noir et blanc pris dans un bus à l’insu des voyageurs et une série un peu à la Fréger avec des « métiers » (deux tirages couleurs d’employés en tenue – waitrose, m&s).

Je passe sur les travaux sur calque et autre de Myka Baum pour conclure avec Paula Gortazar qui montre des détails d’aménagement du parlement européen, on dirait des maquettes tellement c’est vide et propre…

Chez Studio 54, un espace à louer également tout près de la City, comprenant un petit sous-sol, se tenait l’exposition In depth qui affichait les prix des travaux présentés, ce n’est pas si souvent. Mohsen Zareim (900 euros) montrait frontalement des intérieurs colorés de palais oriental et Michèle Clément-Delbos (425 euros) des intérieurs d’égouts (propres). Ian Farrant (450 euros) montrait un artiste posant devant son cirque et Hannah Richardson (375 euros) un portrait noir et blanc. Emma Brennan (350 euros) nous refait le coup de la vitre humide tandis que Victoria Kovalenko (600 euros) choisissait un panoramique de panorama désert.

Four corners montrait l’exposition la moins intéressante de la journée et en plus c’est fort loin de la station de métro la plus proche, au 121 Roman Road, entre portraits ultra sombres à peine discernables, longue frise de rue noir et blanc en accordéon, scènes de copulation superposées (Byrne) et tirages sur bâches qui montrent les étapes successives d’un effeuillage (Skobeeva), etc. Bof. Elle réunissait notamment outre  Lisa Byrne et Natalia Skobeeva déjà citées,Nick Abrahams,  Kalev Erickson, Walter Hugo et Eva Stenram mais l’absence d’indications interdisait d’associer une œuvre à son auteur (sauf a posteriori par site web interposé…).