Galerie Bailly Contemporain – Daniela Edburg et autres

Toujours en novembre 2011, et ce sera le dernier billet pour ce revival d’un samedi d’hiver, rapide visite à la Galerie Bailly Contemporain, voisine de Hug et de Seine 51. Les travaux présentés ne ceux pas d’artistes de la galerie et une bonne partie de l’étage était occupé par un petit assortiment de petites photos de tout un tas d’auteurs.

On reste dans les habitudes de la maison (un peu blingbling, diasec de grand format, des couleurs qui pètent) avec Daniela Edburg mais l’originalité et l’humour grinçant en plus: ces fringues improbables et les personnes vaguement hallucinées qui les tricotent ne manquent pas de charme (et d’intriguer aussi). Du coup, en allant sur son site web, je me suis rendu compte que je connaissais son travail et en particulier la série des « death by » (et tout spécialement death par bananas). Ce n’es tpas de la grande philosophie mais c’est amusant et ça fait r&fléchir (pour celui qui le souhaite), bref c’est de la bonne photo et c’est esthétique en plus.

Pour le reste, comme je le mentionnais il s’agissait d’une sort de pot-pourri (pas cher) sans trop de prétention mais pas inintéressant pour autant et, là-encore souvent teinté d’humour. Avec Paola Guigou on revient à l’époque Renaissance avec de petits portraits (350 EUR) mais le site web ne confirme pas la bonne impression. On pouvait voir aussi Franck Juery (très bon site – et photographies – même si les séries sont un peu courtes, plein de nostalgie et de simplicité), Kristina Kostadinova, Jae Ko et Formento+Formento (des jolies filles dans une ambiance cinéma, style « mode » ça marche toujours – 650 EUR).

On pouvait voir aussi de brefs extraits des travaux de Kim Holtermand, Lisa Klappe (dont le site est aussi élégant que malcommode), Peter von Felbert, Antti Viitala, Jason Koxvold (dont les rigoureux paysages sur son site web valent la peine d’être vus), Rinze van Brug (qui a photographié Obama et Eniko Mihalik, mais pas ensemble ;-) et enfin Andrea Garuti. La plupart oeuvrent dans la mode ou la publicité mais pas tous et, dans tous les cas, leur site web vaut le coup d’œil, l’expo n’étant qu’un apéritif.