Helsinki – HPB 2012 – Galerie Kalhama et Piippo Contemporary – Phantasma

Nous revoila à Helsinki après quelques semaines d’interruption de nos « aventures »-, d’autres visites ayant monoolisé tout notre temps. Chez Gallery Kalhama & Piippo Contemporary (Bulevardi 10), on retrouve l’atmosphère des galleries parisiennes, très contemporaine, toute blanche mais aussi très grande avec des artistes très divers et, contre toute attente, pas chers (enfin, tout est relatif, mais 1.300 euros par exemple, au regard des prix pratiqués en galerie, c’est raisonnable).

Jarkko Räsänen présentait un travail intéressant mais difficilement descriptible, sous forme de grandsdiasec, où l’image parait en partie finement rayée verticalement, brouillant la vue. En fait, il recompose ses images à partir de photos découpées en fines tranches numériquement. Heli Rekula, avec in sooth montrait des mains.  Jenny Källman exposait des tirages noir et blanc qu’on aurait dits pris vers 1900, mettant en scène de façon énigmatique: une femme teant une lance, deux autres postées comme pour un duel. Le  travail de Matts Leiderstam est plus facilement lisible mais n’en pose pas moins question au regardeur avec ces photos de mains montrant un livre d’art ouvert tenant une loupe ou non.

Mauro Fariñas, avec deux pauvres intérieurs sombres, flous et jaunasse ne m’a pas vraiement marqué tandis qu’on souriait (jauine, pour le coup) devant les peluches masquées en très petit format de Erik Snedsbøl, à la fois kawaï et inquiétantes, non ?