Unseen 2012 – Amsterdam

C’était la 1ère édition de Unseen, une foire de photographie qui se tenait pendant 4 jours du 19 au 23 septembre à Amsterdam. On se rend à Amsterdam en 3 heures environ depuis la gare du Nord et on rejoint le lieu d’exposition (WesterGasfabriek, inutile de traduire) à pieds en 20 minutes à peine depuis la gare centrale. J’avais pris mon billet sur internet avant, pour 20 euros, ce n’est pas donné.

Sur place, il y avait deux espaces dédiés à l’édition (accès libre), l’un plutôt orienté vers les magasines et fanzines créatifs, l’autre plutôt tourné vers l’édition classique (avec de belles pièces): je ne suis pas fan mais tout cela m’a semblé inventif et innovant. Le FOAM occupait une sorte de petite serre (en entrée libre) avec des piles de magazines mais j’ai préféré acheter dans leur boutique, dans le centre, pour des raisons pratiques (c’est lourd les magazines). Dans une autre serre, plus grande, on trouvait une sélection d’ouevres destinées aux collectionneurs sans le sou, à moins de 1000 euros, là-aussi en entrée libre. Blague à part, je ne suis pas sûr que ce soit une affaire d’acheter une « copie » de taille très réduite et en tirage de 25 (voire plus) à 1000 euros quand on voit dans les galeries certaines oeuvres de plus grand format et de moindre tirage au même prix (voire moins). Je suis toujours très sceptique quand je vois « affordable » et reste persuadé qu’on peut se faire plaisir en achetant un travail intéressant pas cher en s’adressant directement à un photographe « émergent » (ou même en passant par une galerie, parfois les prix ne sont pas abusifs, même chose lors d’enchères). Dehors encore, en plein air, des 4×3 recto verso, là-aussi c’était gratuit. Il y avait aussi des containers bleus où étaient projetées des vidéos.

Pour 20 euros on avait droit en revanche à une exposition et à la foire proprement dite. Cette dernière se tenait dans un batiment circulaire et un autre plus petit et plus habituel. Pas grand chose à dire puisqu’il s’agit de voir des galleries, en l’espèce une sélection internationale de bon niveau dont certaines galleries d’art contemporain pas forcément spécialisées en photographies et parfois des galeries venues de loin (Japon, Etats-Unis, Turquie). Le nombre limité (50 environ) est une bonne chose et évite l’effet « marathon » assez usant et finalement propice à rien. On a ainsi pu voir la nouvelle version de la galerie Noble (la galerie Diemar/noble venant de fermer ses portes) en attendant son site web (le blog reste actif).

Concernant l’exposition, il s’agissait d’une sorte d’histoire de la photographie de mode des origines à nos jours, une belle exposition avec tous les grands noms qu’on est en droit d’attendre, sobrement intitulée Fashion! et montée en s’appuyant sur la collection de Camera Work. C’est assez impressionnant par le volume et la qualité; les panneaux d’explication en anglais sont très clairs et didactiques, une vraie réusssite (des images en couleur lors du vernissage ici).

Pour avoir des images de l’événement, on peut aller ici.

Alors, finalement, fallait-il aller à Amsterdam ? De toute évidence non s’il s’agissait de voir Unseen (Paris photo se tient en novembre et on y retrouvera les mêmes galeries et bien d’autres – plus du double en fait – ainsi qu’une multitude d’expositions) mais s’il s’agit de prendre l’air pour la journée et d’aller visiter aussi le FOAM, Huis Marseille et la galerie toute neuve de GUP, oui, je n’ai pas de regrets !