Centre Culturel Suisse (CCS) – Body Language (décembre 2012)

Le CCS présentait en décembre dernier des oeuvres de la collection du Fotomuseum Winterthur sur le thème du corps. Le CCS, dont l’accès est gratuit et qui est ouvert le dimanche, propose de temps en temps des expositions photographiques. La dernière fois que j’y étais allé, c’était en 2009, notamment pour le mois de la photo (ici).

D’après le programme, j’ai raté Anne de Vries, Valie Export, Robert Morris et Rockmaster K et c’est bien dommage car je ne connaissais que Valie Export. Parmi les autres célébrités, on avait Nobuyoshi Araki, Richard Avedon, Annelies Štrba, Nan Goldin (avec un grand format couleur, ce qui est inhabituel) et Peter Hujar.

Pour le reste, on pouvait voir ou revoir les auto-portraits de Laurie Anderson (déjà vu à Madrid – ici), les gestes tendres de Igor Savchenko (déjà vu ici), les minuscules noirs et blancs d’une noire aguicheuse de Lorna Simpson (vue ici), les très petits formats noir et blancs bizarres de Walter Pfeiffer (déjà vu ici) et les performances corporelles de Vito Acconci (vu à Vienne le mois d’avant mais le billet n’est pas encore publié). Mais arrivé là on reste un peu embarrasé car aucun commentaire, notice ou cartel ne renseigne le visiteur, du coup la découverte des autres artistes se fait à l’aveuglette.

Paulina Olowska montrait un alphabet humain et Hannah Villiger des bouts de corps meles, Barry Le Va des mains et pieds en terre tandis que Ugo Rondinone couvrait un mur de portraits en couleur du même individu mais grimé en divers personnages (un peu comme Sherman finalement). Urs Lüthi exposait deux triptyques très sexualisés (nu, en peignoir et en intérieur) et André Gelpke le suivait dans cette veine avec des acteurs de peepshows à poil de même que Marianne Müller avec trois grand formats noir et blanc d’une même fille couchée à poil bougeant un peu. La suite reste du même acabit avec Ulrike Lienbacher dont les filles en pose de pin up mais habillées, sans la tête et en noir et blanc font sourire alors que Aneta Grzeszykowska & Jan Smaga font des acrobaties nues en appartement. On conclut avec Anetta Mona Chisa & Lucia Tkácová qui nous font voir deux filles habillées mimer du porno, un travail qui semble une décalque de celui de Edouard Levé (vu en Belgique – ici).

Publicités

MEP – Hiver 2012-2013

La MEP j’en avais un peu assez depuis de nombreux trimestres et je craignais le pire pour la dernière exposition de 2012. Finalement, c’est le dernier accrochage du programme 2012 qui était le seul valable… On ne peut également que féliciter la MEP pour s’être enfin doté d’un site web décent (et même un peu mieux que ça).

Avant d’attaquer l’essentiel, trois hors d’oeuvres très inégaux étaient montrés. Je passe sur les auto-portraits sans intérêt d’une gamine pour évoquer rapidement Jean Luc Tartarin (grands formats de ciel, petits formats de chemin, une fleur, un cheval) et surtout Susan Paulsen avec une vision amusée en carré couleur du Sud des Etats-Unis, à Wilmot, un petit patelin, pour les éditions Steidl.

Le gros morceau occupait les autres niveaux avec un titre ambitieux et un contrat rempli: La photographie en France 1950-2000. L’exposition était excellente, avec une sélection intelligente, un commentaire pour chaque décennie et une frise au sol: enfin la MEP adoptait (un peu) une « muséographie » contemporaine.

Je ne ferais pas de name dropping à l’excès mais pour les 50′ on pourra citer: Dieuzaide (mon avenure avec la brai), Sudre, Ronis, Riboud (la Tour Eiffel), Doisneau (le baiser),Rizzo, Cartier-Bresson, Klein, Boubat, Clergue, Horvat. Pour les 60′ il s’agissait entre autres de Plossu, Sieff, Cauchetier, Koudelka ou Caron. Pour les 70’s on retrouvait parfois, comme dans chaque section, des photograpohes vus dans d’autres mais on retiendra: Journiac, Claass, Boltanski, Hamilton, Ionesco, Newton, Orlan, Goude,Faucon, Salgado, Depardon. Pour les 80’s c’était au tour de Peress, Freund (portrait de Miterand), Jonvelle (pour la pub « demain, j’enleve le bas »), Nori, De Fenoyl, Isserman, Faigenbaum,Mogarra, Rousse, Choquer et Pierre et Gilles. La dernière décennie représentée (90′) honorait Plossu, Moon, Tosani, Couturier, Rheims, Lambours et Belin.

J’ai commencé à visiter le nouvel accrochage qui dure jusqu’au 7 avril 2013, j’y reviendrai bientôt (ou plus tard).

Le Bal – CEUX QUI ARRIVENT (décembre 2012)

Alors que l’exposition d’Agata occupe Le Bal depuis le 24 janvier 2013, il est temps d’évoquer l’exposition précédente qui se terminait début janvier 2012 et que j’ai vue à mi-décembre 2012. C’était une bonne exposition, qui nous change des grands noms confirmés qui habitent usuellement le lieu. On pourra regretter une fois encore le caractère inadapté du lieu à l’exposition de photographie mais dans le cas d’artistes émergents, mieux vaut encore cela que rien du tout.

Dorothée Davoise montrait une Grèce vilaine en grands noir et blanc. Pierre Toussaint montrait Olaf le clodo, une série que j’avais déjà vue mais pas de manière exhaustive. Gilles Pourtier (déjà vu à Arles ici) et Anne-Claire Bro’ch montraient une série adolescente sympathique en petit format noir et blanc et couleur. Il y avait aussi Lola Hakimian avec un New York en couleur qui parvient à échapper aux clichés (vue à plusieurs reprises et la première fois à Arles en 2009 ici) et Johan Attia (déjà vu aussi à Arles notamment ici) qui présentait des trucs sous forme de doubles pages de livres, c’est pas mal ça comme idée. Mais Pauline Fargue fait mieux avec ses petits cahiers (par contre, elle n’a pas de site web).

Dans une veine documentaire, Vera Schöpe montrait la population au voisinage de mines en Bolivie, Mouna Saboni avait choisi les palestiniens (ça faisait longtemps aussi que je n’avais pas vu le sujet traité) et enfin Laetitia Donval, nous ramenait dans nos campagnes (bretonnes), ce qui ne fait pas de mal et que l’on voit moins sur les cimaises que les palestiniens (plus loin, plus politique, plus polémique). Normalement j’aurais du voir aussi le travail de Justine Pluvinage, mais bon, ça m’a échappé.

BNF – La photographie en 100 chefs-d’œuvre (décembre 2012)

En décembre dernier et alors que l’exposition s’est achevée il y a un mois exactement, je suis passé à la BNF pour aller voir La photographie en 100 chefs-d’œuvre. Il valait mieux, peut-être, acheter le livre (quoi que d’autres ouvrages consacrés à la photographie valent mieux, me semble-t-il). La plus récente des photographies datant de 1986, l’exposition avait un caractère essentiellement historique. L’exposition, payante, imposait un laborieux défilé au coude à coude avec une masse de visiteurs. Comme d’habitude en France, l’appareil critique était inexistant. Avec une photo par auteur seulement, le saupoudrage pratiqué ne présentait aucun intérêt ou presque.

RVB Books – Paul Kooiker

La semaine dernière, petite visite chez RVB Books (95, rue Julien Lacroix, c’est vers Belleville) pour y voir le travail de Paul Kooiker que j’avais découvert à Liège l’année passée avec sa série (qui est d’abord un livre), hunting and fishing. Manque de chance, les prix m’ont paru un peu abusifs (2750 € encadré pour cette série, bien plus pour d’autres série). C’était ma 1ère visite dans cette petite galerie qui vend aussi et surtout des livres, certains étaient sous vitrine comme justement hunting and fishing (double page ci-dessous) qui est épuisé, hélas. L’exposition s’est achevée hier. Cette galerie est à suivre.

Fondation d’entreprise Ricard – L’apparition des images

La semaine dernière se terminait l’exposition intitulée L’apparition des images à la Fondation d’entreprise Ricard (12 rue Boissy d’Anglas), c’était donc l’occasion de renouer avec Paris. L’exposition était modeste, accompagnée de livret explicatifs en noir et blanc et il était possible d’avoir une visite guidée. Le contenu, contemporain, était consacré davantage à la matière (la texture) photographique qu’à la photographie elle-même et pouvait rester assez obscure au 1er abord, plus proche de l’expérimentation physique ou technique que de la création artistique. Au programme:   Meris Angioletti, Eric Baudelaire, Dominique Blais, Juliana Borinski, Blanca Casas Brullet, Joseph Dadoune, Jacob Kassay, Lisa Oppenheim, Diogo Pimentão, Sébastien Rémy, Simon Starling.