MEP – Hiver 2012-2013

La MEP j’en avais un peu assez depuis de nombreux trimestres et je craignais le pire pour la dernière exposition de 2012. Finalement, c’est le dernier accrochage du programme 2012 qui était le seul valable… On ne peut également que féliciter la MEP pour s’être enfin doté d’un site web décent (et même un peu mieux que ça).

Avant d’attaquer l’essentiel, trois hors d’oeuvres très inégaux étaient montrés. Je passe sur les auto-portraits sans intérêt d’une gamine pour évoquer rapidement Jean Luc Tartarin (grands formats de ciel, petits formats de chemin, une fleur, un cheval) et surtout Susan Paulsen avec une vision amusée en carré couleur du Sud des Etats-Unis, à Wilmot, un petit patelin, pour les éditions Steidl.

Le gros morceau occupait les autres niveaux avec un titre ambitieux et un contrat rempli: La photographie en France 1950-2000. L’exposition était excellente, avec une sélection intelligente, un commentaire pour chaque décennie et une frise au sol: enfin la MEP adoptait (un peu) une « muséographie » contemporaine.

Je ne ferais pas de name dropping à l’excès mais pour les 50′ on pourra citer: Dieuzaide (mon avenure avec la brai), Sudre, Ronis, Riboud (la Tour Eiffel), Doisneau (le baiser),Rizzo, Cartier-Bresson, Klein, Boubat, Clergue, Horvat. Pour les 60′ il s’agissait entre autres de Plossu, Sieff, Cauchetier, Koudelka ou Caron. Pour les 70’s on retrouvait parfois, comme dans chaque section, des photograpohes vus dans d’autres mais on retiendra: Journiac, Claass, Boltanski, Hamilton, Ionesco, Newton, Orlan, Goude,Faucon, Salgado, Depardon. Pour les 80’s c’était au tour de Peress, Freund (portrait de Miterand), Jonvelle (pour la pub « demain, j’enleve le bas »), Nori, De Fenoyl, Isserman, Faigenbaum,Mogarra, Rousse, Choquer et Pierre et Gilles. La dernière décennie représentée (90′) honorait Plossu, Moon, Tosani, Couturier, Rheims, Lambours et Belin.

J’ai commencé à visiter le nouvel accrochage qui dure jusqu’au 7 avril 2013, j’y reviendrai bientôt (ou plus tard).