Arles 2013 – 2ème jour – Magasin électrique

Le magasin électrique clot la visite du parc des ateliers à Arles pour l’édition 2013 des Rencontres d’Arles. Dehors on passe vite (très vite même) dans l’exposition de Samer Mohdad titrée « Les arabes » et qui montre 25 ans de photojournalisme du monde arabe, sous un jour plutôt favorable.

L’essentiel est ailleurs, à l’intérieur évidemment, avec Gordon Parks (mort en 2006). Il fut le 1er photographe noir à travailler pour Life et réalisa Shaft. La rétrospective parcourt agréablement une longue carrière, à commencer par un retour dans les années 40 à Fort Scott où il naquit. Ensuite s’enchaînent Ella Watson, L’homme invisible, Chef de Gang à Harlem, Le pays du labeur, les Fontenelle, Flavio, Ingrid Bergman, Mohamed Ali, les black panthers, les black muslims et quelques tirages couleur dans le domaine de la mode par exemple. Shaft est diffusé en VO a l’étage.

Ensuite c’est beaucoup moins bien. Avec « keep jour eye on the wall » on a droit à une série de tirages sous forme d’affiches (collées sur une sorte de mur) sur le thème du mur (en Palestine): Taysir Batniji, Rula Halawani, Raeda Saadeh, Steve Sabella et Kai Wiedenhöfer.

Robin Hammond montrait le Zimbabwe de Mugabe, le pire de l’Afrique avec des images devenues hélàs banales. Thibaut Cuisset vu un peu plus tôt à l’atelier de mécanique (ici) montrait « le pays clair », la Camargue avec cabane étang et mer. Alessandro Imbriaco montrait « le jardin », un agréable sous bois avec une petite fille mignonne mais en fait c’est sous un viaduc pour un SDF et sa famille a Rome (la série plus explicite avait déjà été montrée ici).

On termine pour de bon avec Daido Moriyama pour une vraie avalanche de photos à la Moriyama accrochées jusque très haut, produite avec Polka, titrée labyrinth+monochrome. Le tout est accroché sur fond de bas résille avec de nombreuses fausses planches contact. J’avais vu l’exposition à la Tate Modern en octobre 2012 (encore un billet en retard…) donc bon, ça ne se compare pas vraiment.