Arles 2013 – 3ème jour – Collectif vost

Avec un titre mème / VOST énigmatique et une adresse improbable (13 rue du pont), cette exposition n’était pas facile à trouver (sauf pour ceux qui se souvenaient de l’an passé) et après avoir trouvé le lieu une première fois en plein travaux d’accrochage il n’était pas inutile d’y repasser. Il n’est pas évident aussi de les trouver sur le web, à part ici, ce qui n’est pas terrible.

Le collectif comprend Loraine Drescher, Esteban Gonzalez, Jessica Hervo, Lilie Pinot, Matthieu Rosier et Olivier Sarrazin mais assez curieusement tous n’exposaient pas et, en prime, des non membres exposaient. C’est compliqué (ou alors j’ai raté quelque chose car il faut bien dire qu’on est pas embêté/aiguillé par l’interventionnisme des jeunes présents, absorbés à tapoter sur leur portable). Plus gênant, tous n’ont pas de site web digne de ce nom, c’est tout de même dommage.

Myrtille Visscher montrait trois écolos (ou dans le genre « retour à la nature ») dans les bois; je suppute qu’il s’agit d’un extrait de la série Légers sur la Terre. Christoph Lehmann montrait des bras et têtes de dos dans la nuit.

Melchior Tersen avait retenu de s’intéresser à un génie immortels des Arts, Jauni Alidais, et plus particulièrement aux intellectuels qui portent des tatouages à la mémoire de Jauni, l’idole des anciens jeunes (son site vaut son pesant de cacahouètes, avec un défilé de cas gratinés très intéressants, voir notamment erotix Mons mais ce n’est pas le pire). Heureusement que Esteban Gonzalez est là pour remonter le niveau avec des photos truquées du classieux Kanye (malheureusement son site ne les montre pas).

Anna Kabissova nous ramène dans la vraie vie avec des scènes de vie en Ossétie et notamment quelques portraits.

Au fond il y avait une installation avec d’antiques rétroprojecteurs et de minuscules LCD mais j’ignore qui en est l’auteur.