Copenhague 2013 – Jour 1 – Carlsberg – Matrix et fotografisk center

Nous restons dans les anciennes usines Carlsberg pour retrouver le Fotografisk center, encore un lieu habituel, pour découvrir le travail de Jacob Ehrbahn (vu l’an passé mais encore un billet en retard) baptisé Headbangers où l’on voit des têtes chevelue rouges et agitées de fan de hardcore. Passons rapidement poour rejoindre Matrix, un nouveau lieu cette fois où une sorte de gentil punk propose de faire la visite (« no, thanx »). Une petite salle accueillait (sur un seul mur) le travail de Thomas Skou, un meli melo de petits formats au look amateur vaguement provoc (avec des queues, des poils et des gens bourrés).

Dans l’autre salle, des étudiants d’éoles de Lodz et du danemark montraient leurs travaux ainsi qu’une longue série de collaborations musicien/photographe. La liste étant longue (une douzaine d’un côté et une vingtaine de l’autre), j’ai un peu fait le tri, à commencer par l’existence d’un site web.

On commence fortuitement par Marcela Paniak qu’on devait revoir le mois d’après à Arles (ici !) avec 8 collages de portraits noir et blanc sur un carroyage. Katarzyna Parejko panneau de minuscules photos de sa série google_collage qui doit être produit à partir des résultats Google de recherche sur une image.

Robert Mainka n’a pas de site web ni Aleksandra Chciuk dont les 6 petits corps (nus souvent) perdus en pleine nature ne manquent pas d’intriguer. Même chose pour Igor Oles avec ses gros plans de petits objets pris au ras du sol et Thomas Wysocki avec 3 oeuvres en vert (donc au chiffon vert, robe verte, bac de peinture verte) ou Zuzanna Oledzka (maison de poupée inquiétante) ou encore Sylwia Kredzel (qui n’a qu’un blog). Karolina Jabcon montrait d’étranges et originaux collages de scènes de rues en quasi noir et blanc.

Pour les 3 derniers (Thomas Smolarski, Weronika Jedrzejczak et Bartlomiej Talaga) pas de site web.

La deuxième partie de l’expo était constituée d’affiches, une par binôme musicien/élève photographe et la plupart des élèves n’ont pas de site web ou un Tumblr dans le meilleur des cas sauf Anne-Marie Vang Poulsen, Baijie Curdt-Christiansen, Victor Knötzel (son site est vraiment pas mal), Bettie Betül Bas, Olivia Mikka Rohde, Naomi Akvama et Thorbjorn Fessel.