Copenhague 2013 – Jour 1 – Carlsberg – Slottet

On poursuit la visite au Slottet qui est un bâtiment moderne et sans charme régulièrement utilisé pour les expos. Il faut utiliser un antique monte-charge pour accéder aux salles. La 1èreest entièrement réservée à Luca Berti: pour une foule de noir et blanc carré du Danemark rural avec de nombreux portraits de paysans dont l’intérêt ne saute pas aux yeux pour un non-danois. La salle d’à côté ne fait pas bien mieux puisqu’il s’agit, sous le titre de « State of the art », de montrer un pout-pourri de la création photographique contemporaine grâce à des prêts de galeries: intéressant pour le visiteur de passage, ce type de démarche ne s’adresse pas à l’amateur éclairé puisqu’on y retrouve des auteurs déjà vus pour l’essentiel.

On a ainsi déjà entrevu Per Bak Jensen (ici) et Astrid Kruse Jensen (vue ici) ou Jacob Hunosoe  (mais où ?).

C’est la même chose avec Trine Søndergaard avec des intérieurs et surtout ses fameux portraits déjà vus à de nombreuses reprises (ici) et la dernière fois à Unseen Photo Fair l’an dernier. Je passe sur Adam Jeppessen, conceptuel, pour le moins et les curiosités de Erik Steffensen (très petits formats noir et blanc du Kilimandjaro et 2 vues de dos en filtre rouge et vert).

J’avais déjà sur le web Asger Carlsen mais jamais en vrai et ces sculptures photographique en viande humaine produisent un effet très étrange en grand format.

Søren Solkær Starbird montrait des ailes d’avion observées depuis un hublot dans des situations diverses (série flight) et Torben Eskerod de très grands formats de portraits d’identité anciens. Jacob Holdt est très connu, pour sa vie et son livre American Pictures principalement: on voyait un bref extrait de ce travail provocant (clodos, KKK, etc). Ebbe Stub Wittrup exposait ses cartes à jouer sur fond noir qui illustrait la plaquette de CPF 2013.

Peter Funch exposait des triptyques de « célébrations » diverses dans le mouvement (immeuble détruit, feu d’artifice, fête de jeunes).

Quand à Nicolai Howalt, ce que j’ai pris sur le coup pour des photos du sol sont en fait des photos de cendres humaines (série slutninger – endings).