Copenhague 2012 – Jour 1 – Photo City Carlsberg – The Censored Exhibition

Après avoir terminé le récit de l’édition 2013, il faut revenir sur l’édition 2012 de Copenhagen Photo Festival que j’avais à peine entamé. Nous retournons sur le site des usines Carlsberg (Photo City) dans le 1er bâtiment que l’on voit en arrivant par la ligne C à la station Enghave: un immeuble détruit en 2013.

Dans la 1ère salle, on voyait 16 portraits noir et blanc, pour le journal Politiken, je crois, par Martin Bubandt (vu ici), Joachim Adrian, Laerke Posselt, Ditte Valente, Mie Brinkmann, Lars Just (vu ici), Peter Hove Olesen, Mathias Christensen. Puis tirages géants sans cadre des mêmes auteurs, portraits, reportages (tout en danois…) mais aussi de Jacob Ehrbahn (vu l’année suivante ici), Finn Frandsen, Miriam Dalsgaard, Magnus Holm et Martin Lehmann (vu l’année suivante également, ici).

Dans l’autre salle, le programme était plus intéressant avec peu d’oeuvres pour chacun mais beaucoup d’auteurs, souvent assez jeunes (moins de 40 ans, l’année de naissance figure sur les cartels). Je passe sur ceux qui n’ont pas de site web, Johan Rindom, Mads Juel, Kristyna Erberova, Maurice Kaufmann, Peter Kleis, Yana Feldman, Rem van den Bosh, Sidsel Jul Hvilshøj, Marie Guilland, Nadi Carlsen, Bodil Nygaard Jensen.

Lasse Bech Martinussen montrait un grand portrait et Koichi Nishiyama des marécages tandis que Katrin Björk choisissait une gamine les pieds dans une rivière et Linda Cieniawska un couple s’embrassant chacun sous un fin voile.

Sarah Van Marcke (déjà vue ici)  insérait un peu de verdure cachant un corps humain comme alliés dans décor bétoné: le corps humain inscrit dans un cadre bétonné, c’est un peu sa marque de fabrique .

Hanna Lenz valait le coup aussi avec 6 photos émouvante d’une très vieille dame (99 ans) en son modeste appartement.

Jeanne Fredac photographie des lieux qui tombent e nruine tandis que Enamul Hoque retenait la nuque d’une rouquine au chignon, deux classiques. Algis Griškevičius montrait 3 panoramqiues noir et blanc de circassiens en mariniere dans des scènes impossibles quand Helle Sandager montrait une silhouette brouillée en noir et blanc.

Marie Louise Omme avec un portrait de jeune garçon et poussin crevé nous ramenait dans la couleur, tout comme Fabien Marques avec 3 vues de chambres « exotiques » issues de bordel en Allemagne, un sujet aussi classique. Bibi Berge avec ses 5 portraits grand format digne de la famille Adams retenait l’attention avec sa série the family album.

Claire Dorn est plus équivoque: sont-ce des vagues sur le rivage la nuit ? Un résultat presque abstrait pas inintéressant en 4 photos.

Nicky Bonne dressait 3 portraits d’animaux emballés sous plastique (dont une carpette de tigre dans une boite transparente) sur fond blanc. Saisissant,  et revu l’année suivante en 2013 ici. Johan Selles montrait une digne vieille dame, un cheval de course au pré: cela vient de la série « Once upon a time in Danderyd », ville notée en 2008 et 2009 comme la plus riche de Suède, à 10 km au nord de Stockholm. Gregers Tycho nous éloigne de la bourgeoisie avec 3 photos dans le style de Engström, des gens moches et louches en couleurs vilaines.

Beathe Schieldrop exposait des baigneurs en rivière et un rideau de scène et Lisbeth Johansen un torse masculin et un couloir rouge. Martijn Peters et son type au t-shirt vert dans un paysage feuillu de sa série Aire Born II on l’a déjà vu ici. Même chose pour Søren Rønholt et ses 4 tristes grands noir et blanc brumeux et neigeux (vu l’année suivante ici). Thomas Willads montrait de multiples petits formats noir et blanc de pièces en démolition agencées comme s’il s’agissait de coupe d’un immeuble.  Marc Buchy montrait de jeunes ados à une b.o.u.m. (c’est le titre de la série). Cyrille Panchot exposait 2 portraits sombres en noir et blanc lointains dans un paysage stylisé comme cela se faisait au 19ème. Enfin, Carsten Egevang proposait un panoramique blanc sur la banquise: chasseur de dos en blanc dont seule l’arme est noire avec le phoque au loin.