Amazon Fine Art et la photographie – Bof

Amazon a lancé une rubrique « Fine Art » le 6 août, forte de 40 000 pièces dont près de 4 500 photographies. Il rejoint ainsi le monde des marchands de photographies en ligne.

Le moteur de recherche n’est pas terrible alors qu’il est vital dans une telle masse: pas de recherche par auteur ou nombre de tirages (édition) ou encore par date de tirage. Il est à noter en passant qu’on trouve des tirages à plus de 50 ou 100 exemplaires ce qui n’est plus de la photographie ou du « Fine Art » mais du poster.

L’étiquettage des oeuvres est douteux: on trouve, dans la rubrique photographie, pas mal d’oeuvres qui ne sont pas des photographies (peinture, etc) et quand on totalise le nombre de tirages noir et blanc et de tirages couleur on obtient moins de 1500 ouevres, signe que les deux tiers des oeuvres ne comprennent même pas cette information. En clair, la navigation est très difficile face à un tel volume. Pour faciliter la lecture (!), c’est le nom de l’oeuvre qui apparaît en premier dans les résultats retournés par le moteur de recherche et non celui de l’auteur, un non-sens complet.

Quant à la qualité, l’ensemble est globalement médiocre et mal équilibré.

On trouve certes Ed Ruscha, David La Chapelle, Marilyn Minter, George Hoyningen-Huene, Horst P. Horst, Frank Horvat, Gavin Bond, Hiroshi Sugimoto, Edward Weston pour le haut du panier (plus de 10 000 USD voire beaucoup plus) mais rares et mélangés à d’illustres inconnus à des prix stratosphériques.

A des prix à peine inférieurs on va trouver Ansel Adams, Eric Ogden, David Derbin, Robert Doisneau, Lucien Clergue ou Ruff noyés dans un océan de daubes à des prix indécents. Une vraie invasion également de Harry Benson, Jim Lee et Clive Arrowsmith qu’il faudrait vraiment entraver. En arrivant vers 5 000 USD on arrive sur Berenice Abbott et Sabine Weiss, bien représentées, Michael Kenna et Araki mais aussi une surabondance de Brian Kosoff, Colin McRae et Camille Seaman (on croirait à une blague tellement c’est excessif).

Vers les 3000 USD on arrive sur Flor Garduño qui est orthographié gardu-o, c’est dire le soin apporté au catalogue. Arrivé à ce stade, il n’y a quasiment plus rien de valable pourtant c’est sans doute à ce prix (et plus bas encore) que Amazon pourrait ouvrir la porte à de jeunes talents et à de jeunes acheteurs rebutés par les galeries. L’une des rares a émerger des eaux est Manjari Sharma (qu’on trouve de toute façon en galerie). On peut citer aussi Brooke Shaden et Tom Chambers dont je ne suis pas fan et ce d’autant que ce dernier est lui-aussi sur-représenté. Je passe sur Candida Höfer ou Idrid Khan puisqu’il s’agit d’un poster et non d’une photographie (évidemment, à ce niveau de prix).

Arrivé à 2000 USD vous n’avez vu que 60 pages sur 187, le gros de la masse (les 2/3) commence donc là, au niveau de prix minimum que l’on trouve généralement en galerie. Il n’y a donc pas de miracle: on y trouve des inconnus, des tirages de célébrités mais en édition de type poster et de rares petits formats d’auteurs émergents déjà mentionnés. En dessous de 1600 USD on tombe dans la photographie d’illustration et il n’y a définitvement plus rien à sauver: j’ai arrêté mon exploration en page 94, à mi-chemin donc des 187 pages, à 1200 USD.

Que dire à part que Amazon, comme ArtNet d’ailleurs, pour d’autres raisons, ne fera pas concurrence aux galeries ou aux maisons de vente aux enchères, en tout cas en l’état.