En bref – Annonce officielle – Les Rencontres d’Arles 2012

Mail reçu ce jour confirmant les dates 2012 des Rencontres d’Arles. J’avais déjà réservé :)

Les Rencontres d’Arles 2012 se dérouleront du 2 juillet au 16 septembre 2012, avec une semaine d’ouverture du lundi 2 au dimanche 8 juillet 2012. Le programme sera annoncé à l’occasion d’une conférence de presse au printemps 2012.

via Les Rencontres d’Arles.

Arles 2011 – Galerie 8

Depuis plusieurs années, la Galerie 8 somnolait gentiment sous le soleil arlésien avec un programme sympathique mais pas exaltant. Cette année, allez savoir pourquoi, l’hôtel particulier du 8 rue de la Calade était en révolution. Son élégante propriétaire hébergeait en effet photographyopensalon.com. De la cave au rez-de-chaussée, le lieu était entièrement ouvert au public et les photographies s’y entassaient littéralement, en plus de la série bordello de Vee Speers. Au-delà de l’entassement, la qualité est au rendez-vous, avec quelques noms connus mais pas trop et, surtout, aucune célébrité, et c’est tant mieux car Arles tend à faire soit de l’Art Contemporain soit de la Célébration des Maitres pour en oublier les jeunes (et moins jeunes) photographes contemporains. Du coup, une fois rentré, ça fait plein d’auteurs à découvrir sur le web.

J’ai réuni tous les noms mais comme ils sont très nombreux et de niveaux très variés,  j’en ai écarté quelques uns (peu en fait – essentiellement parce que les sites web étaient inexistants) pour retenir les suivants: Carlo Bevilacqua, Judith Lyons, Rikard Osterlund (ses fleurs sont extraordinaires !), Nicolas Hugues, Jeffrey Stockbridge (déjà vu sur le web, son portrait de deux frangines est ultra-connu – ci-dessous), Karen Miranda, Jo Metson Scott, Nicola Yeoman, Jim Naughten (que j’avais vu à Londres mais je suis en retard sur mes articles !), Carole Suety, Sever Petrovici-Popescu (c’est pas mal du tout ça !), Rebecca ReeveMilo Newman, Lottie Davies, Mehrdad Naraghi, Virgilio Ferreira (vu à Derby – billet ici), Alex Leme, Lucinda Chua, Diane Meyer, Yulia Mouraviova, Michael Blann, Rebecca Dagnall, Florence Iff, Lyn Balzer et Tony Perkins (leur site web avec les petits insectes qui courent sur l’écran est vraiment pénible, dommage), Claudio Allia (le site est sonorisé…), Thomas Stanworth, Marco di Lauro (site bruyant), Maria Gruzdeva (chez Pobeda à Moscou ici), Michele Bressan, Caroline Douglas, Lydia Goldblatt, Elisabeth Claffey, Ed Kashi (de chez VII), Kurt Tong, Bojan Radovic, Stefen Chow, Mirjana Vrbarski (que je connaissais), Jonathan May, Kate Peters, Geir Moseid, Joe Johnson, Richard Glover, David Clark, Tim Edgar, Martin Usborne, Andrew Bruce, Robin Gardner, Michael Meyersfeld, Anno Pieterse, Alexander Awramenko, Alex Leme, Glenn Dearing, Nick Rochowski, Thomas Ball, Michelle Given, Juan Guillermo Escobar, Dezso Tamas, Peter Bennett, Alec von Bargen, Sean Bulson, Steve Hoskins, Candace Gaudiani, Jon Wyatt, Vincent Goutal, Miranda Lopatkin, Alexandra Wolkowicz (pas mal du tout !), Lorena Morin, Odette England.

Arles 2011 – Eglise Saint Julien

Comme d’habitude, l’ENSP investissait l’église Saint Julien et cette fois les étudiants avaient frappé fort puisqu’il n’y avait aucun accrochage. Mais il y avait quand même à voir puisque 500 tirages d’un livre étaient dispos. Évidemment c’est un peu difficile de regarder un livre, prendre des notes sur son téléphone et tourner les pages. Et puis les amateurs de photographie ne sont pas forcément amateurs de livres (et vice-versa) et puis une ouvre imprimée et tirée en grand format, ce n’est pas pareil qu’une vignette (sinon, personne ne viendrait au Louvre). Du coup, c’était à la fois une bonne idée d’être original et une mauvaise d’être en rupture. Pour l’école, la circulation des oeuvres se trouve facilitée largement (au Japon par exemple où les livres de photos sont adulés) mais pour le regardeur ce n’est pas (toujours) un cadeau. Ce type de format (unique et modeste) peut aussi enfermer les étudiants dans une approche toujours trop intimiste et intellectuelle mais bon, c’est un parti pris.

Quoi qu’il en soit, les heureux élus étaient: Théodore Casson, Émilie Traverse (série taille douce – des buissons bien taillés, membre du bip), Valeria Anzolin (série big sister – un bordel tchèque où les clients sont filmés), Delphine Jourdan (20 objets), Marion Normand, RémyMoulin (série blackout – titre bien rendu avec une certaine économie de moyens), Juliette Bineau (intéressant travail dans la lignée de ses recherches sur les lieux:  un même endroit sous tous ses angles, lumière et saisons), Lorraine Bonduelle (lieux vides et impasses), Hélène Canaux, Marie b. Schneider (vue l’an passé ici), Romain Baujard, Mélanie Pottier, Jonathan Llense (des obstacles), Philippe Soubias, Olga Perets, Laure Ledoux (série lécher ses vertebres, cous, nuques, visages et un hibou – une série sur la bêtise humaine aussi ici), Jeannie Abert, Camille Amzallag, Lolita Bourdet, Charlotte Yonga, Marie Sommer (vue la veille – billet ici), Renan Gago (série realidades inseridas des graffiti marrants car mélangés avec les passants), Julie Aybes (des horizons en noir et blanc), et Min Chen.

On remarque cette année encore qu’un nombre important d’étudiants n’ont pas de sites web alors même que souvent ils ont déjà exposé ou bien sont mentionnés sur le web dans le cadre de leurs études présentes ou passées:  il est bien dommage de laisser « les autres » vous  dresser une réputation sur le web, il serait de loin préférable de se prendre en main et d’avoir un site web à soi. J’avoue que cette situation qui se répète chaque année me laisse dubitatif.

Arles 2011 – Kiki tonnerre

Kiki tonnerre présentait dans un espace à peine plus grand qu’un placard le travail de Valentin Desjardins qui consiste en des photos de voitures bâchées au Caire, qu’il baptise voitures voilées ;-) un joli travail original et coloré. Parfois, on n’en demande pas plus.

Arles 2011 – Hôtel de l’Amphithéâtre

L’Hôtel de l’Amphithéâtre (qui doit être complet chaque année plus d’un an à l’avance pour les Rencontres) présentait cette année encore une exposition (mais très brève) consacrée aux cœurs de François Burgin. Je me rappelle avoir vu des cœurs et n’en avoir pas pensé grand chose de bien mais pas moyen de trouver un site web permettant de remettre le doigt dessus.

Arles 2011 – Coffee socks

Le Coffee Socks montrait le travail de Cath. Ann que j’avais vu sur le web dans le cadre de « 30 UNDER 30 WOMEN PHOTOGRAPHERS 2011 » et qui m’avait paru de peu d’intérêt mais finalement en le voyant « pour de vrai » j’ai changé d’avis: c’est pas mal du tout (par contre l’interdiction de clic droit sur le site web, facilement contournable, est ridicule). Virginie Plaussut exposait à ses côtés de sympathiques carrés ensoleillés, herbus ou habités de visages (450 €). Au fond, des photos pornos tombées dont on ne sait où étaient affichées derrière un rideau.

Arles 2011 – Camayeux

Une fois encore l’hôtel de Chartrouse accueillait les marseillais de Camayeux et après un « moyen » en 2009 et un » pas mal » en 2010 c’est un « pas terrible » pour 2011. L’exposition m’a semblée terriblement amateure, l’encadrement et les textes atteignant malheureusement des sommets en la matière. Il n’est pas sûr du tout que j’y retourne l’an prochain et ce d’autant que je réduirais ma présence à Arles d’une journée afin d’être justement plus sélectif.

Arles 2011 – The Viewer

The viewer était présent, pour la 1ère fois me semble-t-il, à Arles et dans un lieu également nouveau, en plein centre. L’ensemble était assez intriguant de prime abord, avec une à trois photos (en gros) pour chaque auteur, un accrochage très pro mais « sentant l’école », pas très facile de compréhension, assez intello et finalement, passé le 1er coup d’œil, un peu convenu. Le plus simple pour se faire une meilleure impression est d’aller sur le site du webzine pour y découvrir les travaux présentés ou, surtout, de consacrer du temps à la visite des sites des auteurs: Pierrick Michel, Samuel Gratacap, Lola Hakimian (déjà vue à Arles – billet ici), Rj Shaughnessy (voir ses séries insouciantes friends et surtout attack!), Stéphane Degros, Sylvain Couzinet-Jacques, Ren Hang (gentiment provocateur qui n’a pas de site mais un blog en chinois et une page Flickr), Olli Bery.

Je termine avec les deux photographes qui présentaient des portraits (pour autant que je m’en souvienne – je passe sur Chris Little, sans site web) que sont  Delphine Manjard et Mike Bailey Gates dont les sites web confirment une très bonne 1ère impression sur place (illustrations ci-dessous de Delphine puis Mike tirées de leur site web respectif). Finalement, c’était pas si mal cette expo ;-)

Arles 2011 – Hypermarket – galerie 2600

La galerie (provisoire) 2600 – Hypermarket ouvrait ses portes en 2011 au même endroit qu’en 2010 mais la magie s’est un peu envolée, sans doute parce que l’effet de surprise est passé. Sur place, on pouvait rencontrer, en chair et en os, Sebastian Hau, qui anime la librairie du Bal et d’ailleurs un coin de l’espace d’exposition était consacré aux livres. Je n’ai pas trouvé le site web de chaque auteur ce qui est aussi un peu décevant.

Sinon, on retrouvait Thomas Mailaender (vu aux Ateliers – billet ici) avec des images noir et blanc burlesques dans de gros cadres coloré: cela donnait le ton, très kitsch et années 80, seuls Aymeric Fouquez (qu’on avait vu la 1ère fois à Lille en 2009 – billet ici) et Carly Steinbrunn (crash d’un Boeing) ne pouvaient être rattachés à la mouvance. Aurélien Mole montrait de minuscules diasec de voitures qui ne donnait qu’une vague idée du travail de l’artiste visible sur son site (dont ceci). Jean-Paul Cuir (dont le site web est une perle) restait dans le domaine automobile avec des photomontages kitsch d’autos des années 80. Olivier Cablat semble nourrir une passion pour le foot avec des cartes Panini dont les joueurs portent  un maillot siglé « tout l’univers » et puis aussi, toujours en vignettes Panini, des typologies comme celle du  « décollement auriculaire » (c’est assez marrant). Philippe Spigolon présentait des images kitsch sur présentoirs kitsch mais il faut pas s’y tromper: en voyant sa série sur les hôpitaux sur son site web on se rend compte que le photographe n’est pas qu’un gai luron. Gael Peltier montrait des badges électoraux de soutien à Nixon sur des vestes sous plastique. Kalev Erickson nous ramenait plutôt dans les années 60 avec des photos rurales et canines à la fois. Enfin, Pierre Schwartz exposait de mini-diptyques. Il est à noter que ce dernier et Olivier Cablat étaient visibles dans l’expo de 2009  (billet ici).

Arles 2011 – PCF – A4+

Le Siège du PCF accueillait une expo sous le titre A4+. On se souvient encore de la blague potache d’il y a deux ans (billet ici) mais cette fois ce n’est pas amusant, c’est simplement horriblement confus. Tandis qu’au rez-de-chaussée quelques magazines et fanzines s’étalaient sur des tables, les étages étaient occupés par des photos sans liens apparents réalisées par on sait qui, ce qui est un poil gênant. Un papier mentionnait des noms (Julia Milward et Pauline Hisbacq puis Benjamin Roulet, Johan Attia et Laurie dall’ava) mais où est qui ? La créativité dans la photographie n’exclut pas un minimum de pragmatisme dans l’accrochage… Sur les 5, deux avaient été vus déjà (Julia Milward et Laurie dall’ava – billet ici), pour les autres on sera obligé de se contenter de leur site web, au demeurant forts bien faits (dommage que certains ne propose qu’une version anglophone, mais bon…)