Format 2011- Derby – Royal Insurance Buildings – Partie 3

J’avais entamé le récit de Format 2011 en juin 2011 et faute de temps n’avait pas poursuivi l’exercice. Il est temps désormais de reprendre le fil du récit. Dans le Royal Insurance Buildings, l’exposition s’intitulait « collective encounter » et, forcément, il s’agissait de … collectifs. L’exposition était somme toute modeste avec une imprimante en bois (enfin, habillée de bois) qui crachait des photos en continu (mais lentement) sur une longue bande de papier, une vidéo (Orchestra of Disorientation) installée à l’initiative de The Photography Collective et les travaux de plusieurs collectifs en format plus classique.

Le seul petit problème c’est que les collectifs n’étaient pas tous identifiables avec certitude et que leurs membres restaient dans l’ombre. Du coup, il est salutaire que le site web de Format soit relativement bien fait et mentionne les collectifs présentés avec l’adresse de leur propre site web, quand il existe (je n’ai pas trouvé celui de Vea collective). J’ai aussi cru voir des images de Ten 8, un collectif éteint en 94 mais je n’en trouve nulle trace nulle part sur le site de Format (et pourtant il a bien existé et était bien exposé).

ASA & Wideyed devaient exposer mais que montraient-ils ? Dans le cas de Rawiya, un panneau mentionnait chaque auteur et leur travail mais pas moyen de savoir quelle photo est de qui, à part la fille en gants de boxe ou dans l’eau en tenue islamique, par Newsha Tavakolian.

Avec Human Endeavour, j’ai eu l’impression d’avoir déjà vu ça, au bord la mer à Brighton et, de fait, en vérifiant, c’est bien le cas: j’en parlerais qu’en je reviendrais sur Brighton Photo Fringe.

Format 2011- Derby – En pratique – Partie 1

Format est un festival qui se tient tous les deux ans à Derby et cette année c’est une année avec (le prochain sera donc en 2013). Le festival se terminait hier, 4 avril 2011. N’écoutant que mon courage je suis allé voir ce festival du 25 matin au 27 mars midi soit deux jours et demi. Compte tenu de l’étendue des expositions il est possible de tout voir en moins de deux jours, bon à savoir pour une fois prochaine.

Pour aller à Derby, la seule solution c’est d’emprunter un avion de BMIBaby (depuis Roissy) qui se pose dans les Midlands à 30 minutes du centre de Derby (en autocar Skylink). Les tarifs sont vraiment économiques (quelques dizaines d’euros aller-retour) et le vol très court (surtout à l’aller avec le décalage horaire, une heure moins en Grande-Bretagne). Pour ma part: 9:45-10H15 et 15:20-17H40 et 97,48 euros (cela peut être bien moins cher encore si on prévoit très longtemps à l’avance). Au retour, l’aéroport étant petit, les quais d’embarquement sont affichés au tout dernier moment et pour BmiBaby ce sont les numéros 1 à 4 normalement. Il est à noter aussi que si en Eurostar les formalités sont inexistantes, en avion il faudra remplir avant l’embarquement un formulaire en ligne (pas aussi pénible que l’ESTA mais tout de même). A l’arrivée, ceux qui sont munis d’un passeport à puce peuvent passer par un accès « rapide » ou vous êtes scannés automatiquement par une machine, sinon un agent regarde votre carte d’identité et la scanne.

L’hôtel retenu était l’Hollyday Inn, tout neuf, au-dessus du dépôt de bus (tout neuf aussi), bien insonorisé et pourvu d’un restaurant italien au sommet. Un Spar est juste à côté pour l’eau et les casse-croûte. Compter 112 GBP pour deux nuits en chambre double (très vaste, ultra-moderne, ultra-propre).

Sur place, la ville étant petite, tout peut être fait à pieds et en quelques dizaines de minutes maximum depuis l’hôtel. Il faut savoir aussi qu’il n’y a pas vraiment de curiosités à voir à Derby: il y a bien l’usine Rolls-Royce mais ce n’est pas à côté et il s’agit du volet aéronautique (c’est visitable sur rendez-vous) déjà visible pour partie au musée de l’industrie de Derby qui marque quant à lui l’entrée dans la Derwent Valley Mills, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO (il s’agit de patrimoine industriel, ce n’est pas Versailles). En fait, le musée de l’industrie est dans un moulin à soie qui est connu comme la plus ancienne usine de Grande-Bretagne et donc du monde (révolution industrielle oblige).