Art Brussels, Musée Magritte et Bamako – Un retour rapide

La semaine passée a été riche puisqu’après Strasbourg, mardi (billet ici), ce fut Bruxelles, hier, que je m’en suis allé visiter, pour y voir de la photographie bien sûr, entre autres choses. Quant à la Belgique, j’y étais déjà allé il y a peu (Liège, billet ici) et, l’an passé également pour, déjà, Art Brussels (qui avait donné lieu à 11 billets successifs).

Le trajet pour Bruxelles se fait en Thalys en 1H22 (arrive gare du Midi) et la SNCF en fait la publicité à longueur de page web, auteur dire que c’est presque la grande banlieue parisienne.

D’un point de vue pratique, on trouve des sandwiches au rayon frais des supérettes (comme à Groningen et contrairement à Liège…) et le plus simple est de passer chez Carrefour à la gare. On pourra faire provision de chocolat sous toutes ses formes comme par exemple du chocolat à tartiner Galler qu’on ne trouve pas en France (me semble-t-il – miam). A  ce propos, quand on arrive au petit sablon en bus en provenance de la gare et qu’on veut se rendre au Musée Magritte, on remonte la rue de la Régence vers la place royale et là, à droite, sur la place du Petit Sablon on trouve une boutique Côte d’Or (ouverte depuis 2008 pour les 125 ans de la maison :)

Art Brussels n’ouvrait qu’à 12H cette année et j’ai profité de la fin de la matinée pour visiter le musée Magritte (il est bon de réserver en ligne avant ici – les entrées se faisant à heure fixe), il faut compter 1 heure. Préalablement je m’étais cassé le nez chez Dandoy (rue au beurre) et en avait profité pour jeter un œil sur la grand-place (l’une des plus belles du monde dit-on).

Quant au musée, situé dans le quartier des musées (prendre le bus 27 depuis la gare du midi – arrêt Petit Sablon – compter 20 minutes donc 5 à pieds direction Place Royale via la rue de la Régence), sur les hauteurs, on commence la visite au 3ème étage en ascenseur et puis on descend ensuite pour rejoindre le niveau du sol. Le musée est entièrement aveugle (à part l’escalier), toilettes et penderie sont gratuites. Il s’agit vraiment d’un musée Magritte: on ne voit donc pas nécessairement  les pièces les plus spectaculaires où les plus connues mais plutôt le cheminement de l’artiste y compris des périodes méconnues (dite « surréalisme en plein soleil » ou « période Renoir » et encore cette brève période dite « vache » réalisée à Paris) sans oublier ses débuts comme illustrateur, ses collages, sa production littéraire et épistolaire. Il y a même des photos qu’il a prise ou bien des photos de lui et ses proches réalisées par ses amis. Certaines de ces photos lui ont servi pour ses oeuvres.

Ensuite, direction le stade du Heyzel (station de métro à 100 mètres de l’exposition Art Brussels et de l’Atomium). Il faut débourser 1,50 € de penderie et 15 € de droit d’entrée pour visiter ArtBrussels mais cela reste sensiblement moins prétentieux que la FIAC et tout ce qui gravite autour à Paris. En outre, la photographie est toujours bien représentée. J’y reviendrais dans de prochains billets.

Pour finir la journée en beauté, il fallait profiter de Bamako ou plutôt de l’exposition consacrée aux Rencontres de Bamako, la  Biennale africaine de la photographie, dont la dernière édition s’est tenue fin 2009. C’est tout de même bien de s’épargner ainsi un long et coûteux voyage au Mali: l’Afrique à 1H30 de Paris. Cette exposition, bien que payante (5 €) s’est avérée très réussie. Je me suis un peu planté en sortant du métro alors qu’en fin de compte c’est à 50 mètres de la place Sainte Catherine, accessible aussi en 15 minutes depuis la gare du Midi. J’y reviendrais dans quelques billets.

Je le redis, il faut profiter des beaux jours et de la richesse culturelle Outre-Quiévrain (en plus, les gaufres sont excellentes et le chocolat aussi).

Rencontres de la photographie d’Arles – Atelier des Forges

Après la Maintenance, les Forges, toujours aux rencontres d’Arles, dans le parc des ateliers, pour voir des photographies.

Je n’ai pas compris le travail de George Tony Stoll qui présente des photos, euh, incompréhensibles. Zéro réaction. Cela me reste définitivement fermé tant au cœur qu’au cerveau. Si quelqu’un trouve des qualités à ce travail, qu’il le dise, cela m’instruira. A priori je ne suis pas seul mais faire partie de la masse n’est pas une consolation… Peut-être est-ce un visionnaire ? Passons.

J’ai par ailleurs zappé le travail de Patrick Swirc présenté sous formes de montage diapo de ses photos : je n’aime guère les montages diapos et le thème ne me disait rien (celui de la reconquête ratée d’une femme).

Le travail de Samuel Fosso ne m’a pas non plus fasciné mais reste intéressant. Sa série « african spirits » (et d’autres) est visible chez son galériste. L’express a souligné l’intérêt de son travail. L’artiste se met en scène en jouant des personnages multiples, tant des célébrités africaines (ou afro-américaines) que des archétypes (homme d’affaires, chef de village corrompu, etc) ou encore un ami disparu ou son père. Le résultat, souvent en grand format couleur, est esthétiquement réussi et techniquement irréprochable mais, là-aussi, je ne vois pas vraiment quel est le propos. Ce thème de la mise en scène de soi-même dans divers personnages est un classique de la photographie et je ne vois pas bien en quoi le genre est renouvelé. Peut-être faut-il rechercher dans le travestissement en femme un exercice particulièrement difficile (et réussi) et sans doute peut-on aussi saluer la diversité des genres et des styles depuis la photo d’identité (ou presque, en consacrée aux « grands hommes ») au nu en passant par de grands portraits. Si je ne craignais de passer « occidentalo-centré », je ne manquerais pas de souligner aussi qu’il nous est rarement donné à voir de la « photographie africaine » (le terme est impropre mais bon, il y a une entrée dans l’Universalis: disons de la photographie dont l’auteur est de culture africaine) et que c’est là une occasion sinon unique, du moins inespérée. La plupart d’entre nous en est sûrement resté à Seydou Keïta (mais non, pas le footeux, l’autre) ou Malick Sidibé, ignorant les artistes plus jeunes. Sinon, il faut aller à Bamako : la biennale s’y tiendra à nouveau, semble-t-il, à l’automne 2009.

Je finis par Pierre Gonnord dont, accessoirement, le site web est remarquable de sobriété. Je passe sur le massacre des grands formats très sombre par une lumière de charlatan (mais qui est responsables des éclairages ?) conduisant à des reflets lamentables. J’avais vu le travail de Gonnord dans de meilleures conditions en Belgique (j’en ai déjà parlé). Les grands formats et les harmonies de noirs confèrent une majesté indéniable à ces portraits consacrés pour l’essentiel à des clochards (en général, on lit « marginaux » ou « sans domicile fixe », consécration d’un cocktail de novlang et de xyloglossie). Cela m’a fait penser au travail d’Avedon quand il a photographié des américains banaux avec les mêmes égards que lorsqu’il photographiait des célébrités internationales. En noir pour l’un, en blanc pour l’autre. Et comme Gonnord vit en Espagne, on ne peut manquer de rapprocher son travail du portrait de Philippe IV par Velasquez.

Dans cet atelier, Gonnord sort du lot.