Galerie Philippe Chaume – Portraits de villes 2010

La Galerie Philippe Chaume (ici et 9 rue de Marseille) présente, jusqu’au 15 mai 2010, Portraits de villes. Je l’ai visitée samedi dernier, l’avantage était que cette galerie est aussi à proximité de Immix Gallerie (billet ici) que je voulais découvrir.

Je passe sur Artus qui montrait une grande peinture et tout pleins de petits travaux de dessin et photos sur son séjour en Chine, à Pékin.

Lina Schinius montrait des photographies de Sarajevo en noir et blanc de grand format qui auraient pu être prises n’importe où ailleurs: un visage, un luminaire, un feu d’artifice. Steve Hiett (son site ici marche très mal), le photographe de mode des 70’s-80’s montre New York. Bon.

Le plus intéressant était à mes yeux Harry Gruyaert qui montre Moscou en 84 et 2009, des photos de désolation, des portraits tristes mais aussi la vie dans la rue, le tout en scène colorées. Son travail, de format varié, couvre tout un mur du sol au plafond et c’est plutôt pas mal du tout. Il faut dire aussi qu’il est chez Magnum (sa page ici), il n’y a pas de fumée sans feu. On avait déjà apprécié ses grands paysages balnéaires calmes montrés à Arles l’an dernier (billet ici).

Pour revoir les portraits de ville 2009, c’est par ici.

Rencontres d’Arles – Au coeur du Off – Les hôtels

Dans le cadre du Off des Rencontres d’Arles, on a déjà évoqué une expo se déroulant dans un hôtel à l’occasion d’une revue des galeries présentes mais ce n’est pas tout.

Je passe sur l’expo de l’Hôtel de la Muette (15 rue des Suisses) qui ne ressemble à rien: cela s’intitulait, dans le dépliant, le « Chapeau dans le monde, 22ème salon international d’art photographique » et on voit quelques malheureuses photo amateur de types un verre à la main. A oublier. Je passe aussi sur Vincent Guis (série Shooting Barbie) à l’Hôtel Rhodania tant les séries sur Barbie sont nombreuses, c’est presque un exercice de style que pourrait financer le fabricant.

L’Hôtel de amphithéâtre (5 rue diderot, après 14h) montre quatre auteurs et la sélection est de qualité même si on reste un peu sur sa faim avec François Burgun (ici) car il s’agit de trois diaporamas sur de tout petits écrans LCD (séries exempté, face à la mer et une série sur New York). Frank Boulanger (ici) nous livre une typologie de barbus en petits formats et Vincent Mallea (série fueria) montre également une certaine attirance pour les hommes virils avec des scènes vaguement mythologiques mettant en scène des éphèbes musclés : il s’agit de montages photos marouflés et vernis qui donnent ainsi l’illusion d’un tableau et le rendu est stupéfiant (son site, périmé, est ici). On termine avec une esthétique plus classique et un changement de génération avec Yvette Troispoux (morte en 2007 à 93 ans) et ses petits noir et blanc de scènes de Paris et ses portraits de photographes.

L’Hôtel nord pinus ne montre pas une exposition à proprement parler mais plutôt quelques pièces de grands photographes (Dominique Isserman, Peter Beard, Peter Lindbergh pour un extrait de sa série sur Beauduc exposée à Arles l’an passé) et une une série de Harry Gruyaert (rivages) qui est moins connu mais membre de Magnum (l’illustration ci-dessous fait le couverture de son livre, Rivages).

L’Hôtel du forum invitait le Museo Ken Damy de Brescia (leur site ici) qui présentait un elogio della bellezza (éloge de la beauté) avec un pot-pourri de photographies de femmes réalisées par les plus grands noms (Robert Mapplethorpe, Peter Beard, Bill Brandt, Joel Witkin, Desiree Dolron, Flor Garduno, Helmut Newton, Irina Ionesco, Mario Cravo Neto, Saudek, Betttina Rheims). Il s’agit parfois de vintages, parfois de copies numériques. Une salle contenait aussi un grand nombre de livres et la revue éditée par le musée (photonews – 4 euros). Mais en fin de compte, je me suis demandé si le musée vendait ou pas, sachant qu’il y avait quand même deux filles du musée qui assuraient la présence. Quoi qu’il en soit, l’expo était un beau condensé.