Galerie Pierre Brullé – Jean-Claude Bélégou

La Galerie Pierre Brullé (25 rue de Tournon, et nulle part ailleurs faute de site web) présente jusqu’au 28 juin « Le déjeuner sur l’herbe » par Jean-Claude Bélégou.

Sous le prétexte d’un déjeuner sur l’herbe, que l’on croit une référence picturale au tableau éponyme, comme en témoigne par exemple le travail de Philippe Mazaud (cf. billet ici ) il nous est donné à voir des nymphettes. Certes, de-ci de-là, les jeunes filles sont en présence de fruits, pommes pour l’essentiel et raisins mais, de déjeuner, il ne nous sera rien montré.

Par contre, jeunes seins, fraiches fesses et cheveux mouillés dans la verdure abondent. On connaissait le flou romantique de David Hamilton ou l’obsession des naturistes nourrie par Jock Sturges, maintenant on découvre Jean-Claude Bélégou qui, a 57 ans, apprécie de photographier des jeunes filles dans les jardins fruitiers. Pourquoi pas.

Je n’ignore pas que ce photographe sera exposé prochainement à Arles et au Château d’Eau à Toulouse, deux signes de reconnaissance de son travail, mais pour moi il s’inscrit  avec ce travail dans une veine photographique dont les motivations m’échappent (illustration ci-dessous tirée du site du photographe, ici), d’ailleurs, quelles sont-elles ? Il est noter que la brève sélection opérée pour Arles et exposée au Musée de l’Arles antique ne cède pas à la facilité et écartes les jeunes femmes au profit des fruits, ce n’est pas plus mal.