Rencontres d’Arles – Magasin électrique – Aue Sobol, Leblanc, Durak, Fiorio

Le Magasin électrique, toujours dans le parc des Ateliers, ne présentait que cinq auteurs ce qui, compte tenu de la surface d’exposition et de sa configuration, laissait à certains de quoi s’exprimer largement, probablement trop. C’est une exposition globalement décevante.

Je passe d’emblée sur Giorgia Fiorio qui montrait la même exposition (le don) qu’à la MEP (billet ici) mais de meilleures conditions. Je ne dirais pas non plus grand chose de Laurence Leblanc (chez agence VU’ ici et sur son site personnel ici), déjà vue chez Polka (billet ici) qui montrait en revanche une série pas encore vues de photos en couleur d’Afrique.

Attila Durak (site ici) jouissait d’un espace à mon sens démesuré au regard de sa notoriété et qui tournait à la promotion de son livre, également exposé. Celui-ci nous montre de grands portraits colorés, souvent féminins, illustrant la diversité ethnique en Turquie, du moins est-ce le propos: j’ignore si cette vision est conforme à la réalité ou reflète une vision folklorique du pays. Certes, certains portraits sont « modernes » et illustrent aussi la présence d’ethnies variées dans le monde économique contemporain mais la part belle est faite aux costumes régionaux.

Bernard Faucon (chez Agence VU’ également ici et sur son site personnel ici) montrait de grands tirages couleurs accrochés en hauteur: des lieux et déserts partout dans le monde. Là-aussi, une invitation à la contemplation et au voyage, qui semblait le thème du Magasin Electrique.

Jacob Aue Sobol (série I,Tokyo son site ici) montrait des images noir et blanc de Tokyo et de ses habitants rugueuses, habitées de visages, de tuyaux enchevêtrés, de pubis, et de lapins qui détalent; le tout est sombre, glauque, fatigué, usé. C’est peut-être ce travail qui témoignait le plus d’une vision personnelle mais on ne coupe pas, une fois encore, au syndrome « noir et blanc, gros grains ».

Visite au Luxembourg – 5ème partie – Casino (suite)

La fin de notre visite de Casino Luxembourg, à l’occasion du mois de la photo, se profile à  l’horizon.

Après Suzanne Opton, et d’autres, à l’étage, il y avait aussi Stanley Greene (sa page chez Noor, son agence, ici). Quant à l’image ci-dessous déjà  vue à la MEP (au printemps dernier) et attribuée cette fois à Laurent Van der Stockt (photographe chez Gamma) il s’agit simplement de la même scène prise par les deux photographiques comme Laurent me l’a indiqué par mail en avril 2011 (lui travaillait en couleur et Stanley en noir et blanc).

Stanley-Green---Luxembourg

Zwelethu Mthethwa (sa page chez son galériste ici) nous montre de fiers mais misérables coupeurs de canne à sucre en grand format couleur. Dans la même veine, Laurence Leblanc (son site ici) , dont le travail chez Polka m’avait laissé dubitatif (billet ici) nous montre des décharges d’ordures en Sierra Leone mais avec des photos très « classe » comme s’il s’agissait de paysages sauvages qu’il s’agit de magnifier. Guy Tillim présentait de grands format couleur de la triste fin de l’avenue Lumumba au Mozambique qui évoque la fin d’un des premiers leaders africains élus (au Congo en l’espèce).

Vahram Aghasyan (son site ici) montrent des bâtiments inachevés que l’on dirait imaginaires, envahies par les eaux. Sur son site on apprend qu’il s’agit d’une vraie ville (Gyumri en Arménie) rebâtie après un tremblement de terre en 1988 mais jamais finie faute de moyens.

Vahram-Aghasyan---luxembour

nregistrer

enregistrer

enregistrer

enregistrer

Galerie Vu’ – Exposition très collective – derniers week-ends pour voir

La Galerie Vu’ (2 rue Jules Cousin et ici) je l’ai visitée bien souvent et j’en déjà parlé lors du Mois de la photo à Paris, en décembre dernier (ici). Il s’agit là de vous encourager à aller voir l’exposition (très) collective qui s’y déroule jusqu’au 18 avril, ce qui vous laisse encore seulement deux week-ends.

Je ne vais pas raconter ce qu’il y a à y voir vu que ce sont près de 30 auteurs photographes qui y sont présentés. J’ai relevé Engstrom, Botman, Ackerman, Castore, Terré, Broyer, Comment, Forsslund, Schuh, Dumas, Sriwanichpoom, Bizos, Stromholm, Tunbjork, Darzacq, Castro-prieto, Leblanc, Crespi, Bas, Blenkinsop, Silverthorne, Munoz, Zuili, Faucon, Wurstemberger, Pernot et Picard. Il semble que j’en ai oublié au vu de la liste sur le site de VU’ (ici).

Ce n’est pas tous les jours que vous aurez l’occasion de voir un tel nombre de photographes et de photographies dans des styles aussi variés et pour un coût de zéro euro.

Il y a dans le lot un certain nombre de photographes dont j’ai déjà parlé comme Tunbjork ainsi que Comment et Broyer (dans le billet déjà cité),  Darzacq (ici, les chutes, chez Les Filles du Calvaire),  Crespi et Silverthorne (ici – à Arles en 2008).

Courez-y vite.

Galerie Polka – Expo prolongée au 15 février 2009

La galerie Polka (ici) dont j’ai dit tout le bien que j’en pensais (ici) récidive à l’occasion de la sortie de son dernier numéro (Polka est aussi un magazine – site ici).

L’expo est prolongée jusqu’au 15 février 2009.

Cette sympathique galerie où il y a du monde, des murs pas blancs, et où il faut monter pour voir les œuvres présente cette fois un large assortiment d’auteurs. On y voit en effet Steven Achiam, Elliott Erwitt, Joakim Eskildsen, Stanley Greene, Laurence Leblanc, Ethan Levitas, Reza et  Masayuki Yoshinaga.

Elliott Erwitt, on ne le présente plus, et à la galerie vous verrez notamment ses clichés, pleins d’humour, de chiens. Son site, d’un usage assez pénible est ici, sinon vous pouvez allez voir chez Magnum (ici). L’image ci-dessous vient du site de Polka et est donc taggée avec un petit chien ce qui colle bien avec le sujet sinon, je ne présente pas d’images ainsi défigurées.

Autre célébrité, Reza, un photographe iranien qui a quitté son pays en 1981, un photographe engagé comme on dit, dont certains clichés sont fameux. Ci-dessous, une de ses photos, visible à la galerie, illustre une affiche destinée à une vente aux enchères de soutien d’une juste cause.

Un autre photographe bien connu est Ethan Levitas. Mais, si rappelez-vous Arles : j’avais trouvé son travail sur le métro de New-York très intéressant (ici). A la galerie, on peut donc revoir ce travail plus une série sur le Japon, en noir et blanc. Autre travail consacré au Japon, et plus spécialement aux jeunes Sumotoris, celui de Steven Achiam, dans une veine plus documentaire et en noir et blanc quoi que ces photos sont très graphiques. Sa série est visible ici (d’où est tirée l’illustration ci-dessous).

Enfin, pour refermer la parenthèse japonaise, on peut voir également le travail documentaire, en multicolore, de Masayuki Yoshinaga qui s’est consacré à un phénomène très connu des ados français (à travers le manga, les jeux vidéos et le fameux salon Japan Expo) mais peut-être moins des générations plus âgées. Il s’agit de ces jeunes qui se singularisent par des vêtements, des chaussures, un maquillage, une coiffure et des accessoires pour le moins farfelus. Amis du Cosplay, bonjour. Vous trouverez une galerie présentant de nombreuses photos de Masayuki Yoshinaga ici (dont sont extraites les photos ci-dessous visibles à la galerie).

Joakim Eskilden présente un reportage sur les roms. J’ignore combien de photographes se sont consacrés à se sujet mais rien que dans ce blog on doit en dénombrer une bonne dizaine(au hasard, dans les plus récents, Mikko Savolainen, Denis Chouquet, Rip Hopkins). Le genre ne se renouvelle guère et j’en suis un peu las.

Stanley Greene montre les dégâts du cyclone Katrina à la Nouvelle Orléans dans le plus style du photojournaliste classique, sobre et empreint d’émotion dans un noir et blanc impeccable. Son travail est visible sur son site (ici) où j’ai bien retrouvé la série mais pas spécifiquement les photos présentées à la galerie. ATTENTION : le site de Stanley Greene présente aussi des séries montrant des scènes susceptibles de heurter les plus jeunes.

Enfin, Laurence Leblanc nous livre un reportage évanescent sur le Niger dont je ne garde guère de souvenirs à mon grand regret car Laurence Leblanc est photographe chez VU et s’est déjà vue récompensée. Quoi qu’il en soit, son site (ici) ne présente pas cette série mais d’autres, à mon sens plus réussies (Les nonnes et Rithy,Chéa, Kim Sour et les autres).

Vous avez jusqu’au 15 février pour vous précipiter.