En bref – salon des refusés – Portrait Salon

Excellente initiative que ce « salon des refusés » (en français dans le texte) qui se veut le pendant (off)  du National Portrait Gallery Photography Prize. Les vainqueurs de ce prix sont exposés à Londres et j’avais eu l’occasion de voir ces travaux il y a deux ans (un catalogue est aussi édité) mais énormément de travaux sont rejetés tant le jury est sélectif (et inondé de propositions de qualité) alors réjouissons-nous à l’avance de pouvoir en voir davantage dans le cadre de ce (futur) salon des refusés :-)

Portrait Salon is a form of Salon des Refusés – an exhibition of works rejected from a juried art show – which has a long tradition as a fringe way of showcasing artists’ work that may otherwise go unseen. Devised by two portrait photographers, who are both based in London and are professionally involved in the city’s photographic community, Portrait Salon aims to show the best of the unselected entries from the National Portrait Gallery Photography Prize. We figure that, out of the 6000+ rejected entries, there must be some damn fine portraits which deserve to be shown.We want to see these portraits, and we want to celebrate their brilliance with a projection time and place to be confirmed which no doubt will be accompanied by a little bit of a party. The projection will be curated, so we will be selecting the best portraits that we receive. But we expect to show a much higher percentage of work than at the National Gallery.If you submitted work to the National Gallery Photography Portrait Prize and got rejected, please email a jpeg of your submission to portraitsalon@hotmail.com. The images need to be jpegs, at 1000 pixels on the longest edge. And please spread the word about this… we want as many submissions as we can!

via Portrait Salon.

Les grands événements photos Janvier-Avril 2010

Le début de l’année est généralement peu fructueux en événements photos. Janvier 2010 n’a pas dérogé à la règle avec seulement un festival, celui de Los Angeles (PhotoLA) et, plus près de Paris mais aussi plus modeste, Phot50 à Londres. Quant à  Festiv’art qui devait se tenir à Shanghai, le site web reste étonnamment muet. En février 2010, il n’y aura pas grand chose non plus à voir sous nos latitudes puisqu’il faudra aller au Laos pour trouver un festival.

L’éclaircie arrive au printemps avec le mois de mars 2010.

FotoFreo en Australie (qui commence le 28 février et dure 10 jours environ) mais surtout les deux événements américains majeurs, à savoir l’AIPAD photography show (18-21 mars 2010 à New-York, une foire haut de gamme qui se tient chaque année) et FOTOFest (12 mars – 25 avril à Houston, un gigantesque festival qui se tient une année sur deux) qui peuvent donc être vus en même temps. L’événement russe a été annoncé début mars: le 8ème International Photography Month de Moscou se tient du 11 mars au 27 juin 2010. Voilà un magnifique programme entre Est et Ouest pour qui dispose de temps et de moyens.

En avril 2010, la quantité et la proximité priment sur la qualité. Seville, Darmstadt et Thessalonique sont à l’honneur mais ces événements sont soit modestes (Séville), soit courts (Darmstadt), soit pas encore calendarisé avec précision (Thessalonique). Aucun de ces festivals, pour des raisons diverses, ne me tente vraiment: celui de Thessalonique est le plus attractif mais c’est un peu loin au regard de l’enjeu. Il en de même pour le festival qui se tient à Hyères qui est consacré de plus à la photo de mode exclusivement. Il reste finalement un seul événement, pas dédié à la photographie mais qui en présente pas mal et qui se trouve tout près de Paris, c’est ArtBrussels.

Noorderlicht 2009 – Groningen Photo Festival – Eglise de Aa (der Aa-Kerk) – Closing in

Nous poursuivons la visite de l’exposition qui se tenait à Groningen (Pays-Bas) à l’église de Aa à l’occasion de Noorderlicht l’automne dernier avec la sélection de Lauren Heinz baptisée Closing in.

Lurdes r. Basoli (Venezuela 2009) ne fait pas non plus dans la dentelle avec de petits noir et blanc illustrant la violence dans les barrios:  familles éplorées, prostituées, drogue, rafles policières, morgue, cercueil. Son site est ici. Wayne Liu montre aussi un reportage sous forme de petites photos noir et blanc punaisées sur le contreplaque en une longue file horizontale, le style un peu granuleux, pas très net, où le blanc est  gris évoque le « style VU’ et ressemble au témoignage d’un promeneur triste en Chine. Son reportage est visible sur son site (ici).

Seba Kurtis (drown, Espagne 2009) montrait un travail expérimental basé sur sa propre expérience de réfugié en Espagne: il montrait une série de photographie qu’il avait volontairement jetées à l’eau afin d’évoquer le sort des malheureux qui tentent d’émigrer en Europe et se noient.

Adam Patterson (Grande-Bretagne, 2008) livre un reportage dans les quartiers chauds de Londres réalisé après le nombre record de meurtres en 2007. avec une bourse de la Royal photographic society.Sa série est visible sur son site (ici) mais hélas on perd le « charme » de la présentation à Groningen où les petites photos dispersées sur un mur de bois brut étaient entrecoupées de textes nombreux.

Linda Forsell avait également choisi d’accompagner son travail photographique (shaking off:Palestine, 2008, en apparence banal) par de nombreux commentaires mais cette fois on les retrouve (ici) sur son site web. Une interview d’elle est visible ici.

Vincent Delbroock a aussi eu les honneurs et est interviewé (ici). Il a choisi de raconter une tranche de vie (la sienne) à la Havane en utilisant textes, tirages géants et  petits formats punaisés sur une table. Je n’ai pas vraiment accroché pour ma part. Son site donne une bonne idée de son travail (ici).