Instituto de Mexico – Umbrales – Seuils

C’était le dernier jour samedi dernier pour visiter l’exposition Umbrales/seuils à l‘Instituto de Mexico (119 rue vieille-du-temple). Ce n’est pas la première fois que je visite ce lieu et c’est toujours un grand plaisir que de découvrir des auteurs mexicains habituellement peu vus en Europe.

Livia Corona montrait la série déjà vue à Madrid (billet ici) cet été consacrée aux logements construits à la va-vite au Mexique.

Sector reforma présentait Javier Cardenas Tavizon (site ici) pour des portraits collectifs et individuels.

Gerardo Montiel Klint montrait des travaux particulièrement saisissants, outre la fillette photographiée comme un top model mais privée d’une jambe dévorée par un requin (« étude marine avec survivant d’une attaque de requin »). Ses « volutes de fumée » et autres « étude d’un paysage avec vomi » sont intrigants, intelligents et fort bien réalisés, dans toutes sortes de tailles et en tirage Giclée (ce qui n’est pas fréquent). Un travail vraiment remarquable et un accrochage très pertinent. Son site (ici) est consacré à son travail commercial et sa galerie montre peu d’images (ici).

Oswaldo Ruiz recourt lui a de grands diasec pour montrer des maisons désertées par leurs habitants suite à la sécheresse due à l’incurie du gouvernement local. Photographiées de nuit, avec des éclairages clairement visibles, ces maisons font penser à des insectes épinglés dans un cabinet d’entomologiste. Son site web est hélas presque inutilisable (ici).

Jose Luis Cuevas montrait des portraits rapprochés en noir et blanc de gens ordinaires en tirage aux « encres au carbone ». Ces portraits ont quelque chose de saisissants de vérité et de rudesse, sans artifice. Il ne faut pas le confondre avec le peintre muraliste homonyme. Son blog est ici.

Andres Carretero dans sa série « phénotypes » traitait le sujet des mexicains albinos, c’est un sujet assez bateau mais toujours intriguant. Son site ici montre sa série de manière très complète.

Salon de Montrouge 2009

Le salon de Montrouge 2009 s’est tenu (à Montrouge) du 30 avril au 24 mai 2009. Pour faire à la fois plus classe et plus marginal, la scénographie était due à Matali Crasset (= classe) et l’exposition se tenait à « La Fabrique » (in french in ze text) dans une usine désaffectée (= marginal). En principe donc, les chevelus devaient apprécier, de même que les bobos. Ces derniers pouvaient même, de la sorte, mettre un pied dans une usine, une aventure courageuse (les lieux étaient tout de même sécurisés, comme pour un trekking en pays Dogon, rien à craindre finalement). Autre avantage, c’est gratuit (merci aux habitants de Montrouge et à leurs impôts). L’année dernière, le salon se tenait au théâtre, maintenant en travaux, a priori il n’y a pas de lien entre les deux événements, mais cela explique « La Fabrique ».

Ce que j’ai vu lors de ce Salon m’a moyennement plu. Ce n’est pas ArtBrussels. Quelques artistes montraient de la photo mais il s’agissait surtout de voir des peintures et des installations qui ne sont pas ma tasse de thé.

On peut regretter que les travaux présentés soient aussi peu contextualisés en dépit d’un effort avec des cartels informatifs (mal situés, on se demandait à quoi ils renvoyaient et le jargon ne manquait pas). On peut s’interroger aussi sur le choix, non des artistes (un seul photographe, vous allez vite comprendre, n’avait aucunement sa place) mais des oeuvres : certaines visibles sur le site des artistes paraissaient plus marquantes.

Arnaud de Gramont exposait deux diasec avec comme une fracture lumineuse dedans. C’était un peu abstrait. Renseignement pris, l’auteur est presque quinquagénaire alors que je pensais ce salon réservé aux jeunes artistes mais bon, comme on le voit aussi dans les Jeunes (!) Talents SFR (inscrit le 10 juin 2008 – ici)  tout est permis, non ? On le trouve aussi sur Wikipédia d’ailleurs mais je constate que c’est un certain pseudo Arnaud de Gramont (ici) qui est le créateur de la page le 7 avril 2008 et dont les seules interventions portent quasi exclusivement sur Arnaud de Gramont. Arnaud de Gramont s’intéresse donc passionnément à Arnaud de Gramont. Gageons qu’il ne soit pas le seul.

Les autres artistes photographes constituent tous des choix pertinents (imho) et comme je ne les connaissais pas, ce fut un plaisir de regarder et découvrir tout cela et ce d’autant qu’il me semble qu’ils sont tous en début de carrière.

Benjamin Hugard montrait des tirages de photos monochromes. J’ai fait des photos de ses photos monochromes mais en les revoyant je me suis dit, à quoi bon ? Par contre, son site montre des travaux vraiment pas mal et il faut le visiter, c’est ici.

Guillaume Viaud montrait des photos de son cube porté en sac à dos recouvert de miroirs qu’il promène dans les jardins. Je ne sais pas où est l’œuvre : le sac à dos, l’action de se promener avec, les photos ? Le cube est qualifié par un intellectuel, dans la notice, de « triste fétiche échoué ou prothèse déprogrammée, sans autre espoir auratique que celui d’être ressaisi à nouveau ». J’aime bien le « auratique » qui fait « j’ai lu Walter Benjamin et je suis culturé » (ici).

Je passe sur Gérald Deflandre qui n’a pas souhaité qu’une photo perso de son accrochage figure sur ce blog et, comme il est inconnu sur le web, ce sera donc tant pis pour vous si vous voulez voir un peu de son travail de portraitiste. Ceci dit il m’a fait observer également que le descriptif initial de ses travaux sur ce blog était erroné (je l’ai donc retiré) ce qui rejoint ma remarque ci-dessus concernant le caractère confus des cartels… D’un autre côté cela me rassure car je ne voyais pas le rapport entre ses portraits et le reste des travaux :)

Yasmina Benabderrahmane nous montre notamment une photo de tente effrayante (on dirait une araignée), c’est très glauque alors que cette jeune artiste a l’air bien sympa sur son blog (ici). Allez comprendre.

Yasmina-Benabderrahmane---M

David Mickael Clarke montrait comme des panneaux de signalisation routier faits à la main. Bof. Après avoir visité son site (ici), je découvre que l’œuvre s’appelle Playstation. Ben oui, les signes sont en fait ceux d’une manette de Playstation. Je dois me faire vieux :(

David-Mickael-Clarke---Mont

Deborah Farnault (site web ici) montre 5 photos d’un parking éclairé de nuit, faites depuis un immeuble. J’ai moyennement apprécié et ce d’autant que l’éclairage était minable mais son site web montre des travaux à mon sens plus intéressants.

Deborah-Farnault---Montroug

Ivan Argote montrait un gars déguisé (lui ?). La série est potache et le sujet rebattu mais son site web (ici) le sauve en montrant, comme pour Deborah Farnault, des travaux à mon sens plus intéressants et en tout cas une palette plus large de son œuvre (le site vaut vraiment le déplacement).

Ivan-Argote---Montrouge-200

Suzy Lelievre (28 ans) montrait des objets blancs pleins d’humour et son site web rudimentaire est bien sympathique et permet de télécharger son book. C’est à voir ! Voilà de la fraicheur et  de l’intelligence :)

Suzy-Lelievre---Montrouge-2