Photomeetings 2009 – Galerie Clairefontaine

C’est avec bien du retard (plus de 3 mois) que j’écris ce billet consacré aux Photomeetings 2009 qui se sont déroulés à Luxembourg du 9 au 12 septembre 2009, à l’initiative de la galerie Clairefontaine.  J’avais déjà raconté l’édition 2008 et dit tout le bien que j’en pensais (article introductif ici).

Pour 2009, le point de vue est plus mitigé et, pour tout dire, je n’irai pas à l’édition 2010, considérant qu’une fois sur deux sera un rythme suffisant. En effet, si l’exposition qui se déroulait à la galerie ne souffre d’aucunes critiques, l’absence d’informations (aucun cartel) sur les deux autres lieux (l’Université et le siège de Deloitte) était particulièrement gênante: le catalogue suffit à se faire une idée de l’exposition. Et s’il s’agit d’aller au Luxembourg pour simplement repartir avec un catalogue sous le bras après avoir regardé des photos d’anonymes, c’est un peu cher (il n’y a jamais de réduction pour le Luxembourg) et un peu long aussi.

La Galerie Clairefontaine dispose, je le rappelle, de deux sites à Luxembourg à 50 mètres l’un de l’autre et qu’on rejoint sans peine à pieds depuis la gare. Peter Bialobrzeski (site ici, illustration tirée de sa galerie à Francfort, ici) exposait une typologie de cahuttes en petit format (920 €) et en très grand format (8 050 €).

Il montrait aussi des vues naturelles de verdure comme rayonnant de lumière (serie paradise) plutôt intrigantes (2 530 €). Vous noterez en passant que les prix restent accessibles (en gros, c’est le prix d’un PC ou d’un voyage) et qu’ils sont affichés, une pratique qu’on souhaiterait plus répandue en France.

Le second site de la galerie exposait davantage d’auteurs, à commencer par Michel Medinger, un photographe luxembourgeois, qui montrait de grands noir et blanc à 980 €, des coquillages, des poupées et des fruits ouverts, le tout évoquant de manière on ne peut plus directe un sexe féminin.  Abel Szalontai (site ici à moins que ce ne soit un homonyme car je n’ai rien reconnu): montrait des blocs de béton et des formes colorées presque monochromes à  1 730 €. Roman Pfeffer était un peu plus convainquant avec ses photos de conserves en verre alignées contenant des cendres de tee-shirts et portant en étiquette le nom d’une grande marque. Il montrait aussi  6 photos d’un clodo devant son barda. Michael Najjar montrait un travail remarquable à mi-chemin de la photographie et de la création graphique (à 13 450 €): 3 corps identiques enlacés et élancés, un peu comme des figures célébrant le travailleur communiste mais passés chez Pixar et un immense diasec ou des corps sont alignés suspendus par des câbles. Son site est une création graphique à part entière et vaut le déplacement, ici.

Je passe sur James Nachtwey et Marla Rutherford dont j’ai déjà évoqué le travail par le passé (ici pour le premier, déjà au Luxembourg, et pour la seconde, à Arles).

Ce site étant de belle taille, on pouvait voir aussi un tirage géant de Giacomo Costa (12 500 €), une étrange composition de ville sous les eaux vue depuis les fonds (son site ici).

Le style étant vraiment éclectique, on voyait aussi Petra Arnold (ici, je conseille ses autres séries notamment ses portraits) et ses Hell Angels en petit format carré noir et blanc, Andreas Weinland avec des vintage des années 80 montrant des marginaux (à 5 000 euros) et Roman Bezjak (qui a un footballeur comme homonyme ce qui rend difficile de trouver son site web…) avec ses paysages urbains communistes vieillots russes ou serbes ( 1850 et 4600 euros selon la taille).

En bref – Photomeetings édition 2009, annonce des dates et du programme

Je vous ai parlé l’an passé de Photomeetings, une exposition, des conférences et des workshops se déroulant au Luxembourg sur l’impulsion de Marita Ruiter (Galerie Clairefontaine).

Du coup, je ne redirai pas tout le bien que j’en pense, pas plus que les informations pratiques (voir ce billet) mais en revanche, sachez que les dates et le contenu ont été annoncés hier: ce sera du 9 au 12 septembre 2009.

Marla Rutherford (parmi d’autres – je l’ai retenue car j’avais bien aimé son travail montré à Arles en 2008 – billet ici) animera un atelier et Christian Caujolle fera une conférence (parmi d’autres, mais lui parlera en français) sur le thème retenu, Tabou.

Je vous invite à découvrir le programme et à faire un petit saut au Luxembourg.

Rencontres de la photographie d’Arles – Grande Halle

Alors que les Rencontres de la photographie d’Arles sont désormais achevées depuis lundi dernier, je vous invite à terminer notre visite du site des Ateliers.

Nous avons vu successivement l’Atelier de maintenance et celui des forges, puis l’Atelier de mécanique et  le Magasin électrique. Nous voici maintenant à la Grande Halle.

Le principe dans cette halle, c’est de donner carte blanche à des curators qui ont invités des photographes.

Ainsi, Caroline Issa & Masoud Golsorkhi montrent Jamie Isaia qui fait des autoportraits (bof), Danilo Giulaniqui fait des photos de mode (bof) et Cameron Smith. Ce dernier ne verse pas dans le nombrilisme intellectualisant de Isaia ni dans la photo de mode plate de Giulani : il m’a semblé qu’il a quelque chose que les autres n’ont pas. La fraîcheur peut-être (il avait 21 ans quand il a fait ses photos pour Tank) ? Son site perso est .

Ci-dessous deux photos de Smith exposées à Arles mais telle que parues dans Tank (avec la légende donc).

Elisabeth Biondi a retenu  Debbie Fleming Caffery (des photos noir et blanc énigmatiques dans un bordel mexicain), Pieter Hugo(ses dresseurs de hyènes) et Ethan Levitas (dans le métro de New York).

Les deux derniers méritent qu’on s’y arrête.

Je connaissais le travail d’Hugo pour l’avoir vu sur le site web de sa galerie (Yossi Milo à New York) mais en vrai c’est incomparable. Maintenant il faudra voir s’il tient la distance car son travail repose sur la qualité du sujet de reportage : sa série sur les cueilleurs de miel parait du coup bien fade (si j’ose dire) alors que d’autres, visibles sur son site, sont d’une puissance exceptionnelle.

Mon préféré reste Levitas : ses voitures de métro photographiées de profil dévoilent toujours des visages et des postures ou des tags dont l’association est créative, original et amusante. La réalisation est parfaite. Filez sur son site : .

Nathalie Ours a sélectionnéJerry Schatzberg (des photos noir et blanc de stars des temps passés), Nigel Shafran (et ses photos du quotidien qui n’auraient pas du quitter Flickr) et Stephanie Schneider. Cette dernière mérite qu’on s’y attarde. J’avais déjà vu son travail sur le web sur le site de sa galerie et il en a été question en mai 2008 sur Arte (Schneider est allemande). Le projet présenté va bien au-delà de la photo : Schneider peint et fait des films également. Toutefois, l’exposition était un peu superficielle malgré un effort de pédagogie et il était difficile d’appréhender son travail comme un tout. On était condamné à regarder ses grands polaroïds (périmés, ce qui explique les couleurs) sans avoir les clés de lecture. Néanmoins, même en lecture rapide, on ne peut rester insensible aux effets produits.

Carla Sozzani fait découvrir Marla Rutherford, Martina Sauter et Angela Strassheim

Marla Rutherford montre une série assez « sex » et « fetish ». Une série colorée, un peu années soixante aussi. Le sujet m’a fait penser à une version glamour du récent travail d’Erwin Olaf (série separation) bien qu’en fin de compte il n’y a aucun rapport entre de jolies images « fetish » et le travail dérangeant d’Olaf, sensiblement plus profond. Ceci dit les jolies images c’est bien aussi. Son site est et l’image dessous en provient (regarder bien la tête du modèle).

Martina Sauter présente un travail étonnant. Chaque œuvre est composée de deux photos qui se chevauchent légèrement chaque fois pour composer,de loin, une image unique. L’effet est saisissant avec des portes, par exemple, et en plus les deux photos ne sont pas de même nature : l’une est nette et l’autre volontairement pixellisée. Tout cela contribue a créer une histoire sous nos yeux, une sorte de suspens entre les deux images. Vraiment étonnant car ce n’est pas seulement l’image qui nous est donnée à voir mais aussi un objet : pour preuve, sur un écran cela ne donne rien et je ne poste donc pas d’illustration de son travail.

Angela Strassheim instille le doute dans certaines de ses photos (serie pause). Tout à l’air normal mais quelque chose se passe. Un regard, et une inquiétude transparait. D’autres images, proprettes, aux tons acidulés, renvoient à son parcours personnel et spirituel (serie left behind). Elle est représentée par la galerie Marvelli dont l’illustration ci-dessous est extraite.

Le dernier curateur invité est Luis Venegas qui montre les travaux de David Urbano, Leila Mendez et Daniel Riera.  Je n’ai pas été convaincu par les paysages du premier, les photos dignes de Flick de la deuxième et le manque de fil conducteur du troisième.

Les artistes que je retiendrai donc dans cette halle sont : Cameron Smith, Ethan Levitas, Stephanie Schneider, Marla Rutherford, Martina Sauter et Angela Strassheim