Galerie Magda Danysz – Erwin Olaf – Dusk et autres séries

La Galerie Magda Danysz (78 rue Amelot et ici) présente une nouvelle fois, en partenariat avec FlatLand Gallery (site ici), le travail de Erwin Olaf. Vous pouvez faire un saut sur le site en tout point remarquable du photographe qui y présente en grand format sa production (ici).

Bien que la communication de la galerie (par mail) porte surtout sur Dusk, la dernière série d’Erwin Olaf, il y a très peu de pièces de cette série (deux, me semble-t-il). Le style est très original puisque ces photos sont entre le gris et le noir et portent de manière allusive sur l’esclavage (aux États-Unis) avec des mises en scènes renvoyant à cette période par les costumes, les intérieurs, les poses et la contenance des personnages.

 

L’accrochage ne montre pas de reflets parasites ce qui est remarquable (vu qu’il s’agit de teintes sombres) et les cartels sont enrichis de commentaires bienvenus, en anglais et en français. Dommage en revanche que ces derniers soient ornés de fautes d’orthographe.

L’autre série à découvrir c’est Laboral escena et c’est celle-ci qui est mise en avant sur le site de la galerie. Il s’agit de reprises de tableau classiques espagnols comme l’Apolonia de Zurbaran (même le site d’Olaf comporte une erreur en indiquant ZUBARAN). Cette série échappe au diasec et au format géant chers à Olaf.

 

C’est très esthétique et propre mais je ne vois pas bien l’intérêt d’une copie servile. Dans un genre voisin, et on ne quittera pas les Flandres, je préfère les travaux où une ré-interprétation des classiques est effectuée par le photographe comme le travail de Carla Van de Puttelaar (site ici) dont la dernière série évoque Cranach (billet ici) ou le travail de Hendrik Kerstens (illustration ci-dessous tirée de son site, ici).

D’autres séries sont aussi présentées ce qui en fin de compte constitue un survol du travail d’Olaf, dommage ne pas avoir consacré tout l’espace à Dusk par exemple. On peut ainsi voir ou revoir, Mature, Paradise the club et aussi Separation. Mature met en scènes des femmes âgées dans des tenues de pin-up voire de prostituées, Paradise the club montre des scènes de débauches festives avec des clowns déjantés et Separation montre un enfant et sa mère (du moins peut-on le supposer) tout les deux en tenue SM (latex et tout).

C’est jusqu’au 10 octobre 2009 et cela vaut la peine d’être vu.