Visite au Luxembourg – 4ème partie – Casino (suite)

Je me suis arrêté au rez-de chaussée du Casino Luxembourg (ici) pour ce mois de la photographie qui s’est achevé le 14 juin dernier. Il est temps de grimper à l’étage.

J’avais déjà vu le travail de Eric Baudelaire (son site ici)  dans une revue mais pas « en vrai ». Il s’agit en l’espèce de deux panneaux géants (2  mètres par presque 4) reconstituant une scène de guerre avec une sorte de mise en abime puisque la scène inclut des reporters en train de la filmer (à gauche).

Adi Nes, qui est israélien, montrait trois photos de pauvres gens évoquant chacune des images familières comme celle ci-dessous (illustration en provenance de son galériste ici) qui fait immédiatement penser à Migrant mother de Dorothea Lange. Une autre évoque Les glaneuses de Millet.

Bruno Serralongue montrait trois photos « en off » de manif qui ne m’ont guère inspiré, de même que la série de Jules Spinatsch (son site ici)  8 photos de barrières dans des cadres institutionnels et buildings. Je passe rapidement aussi sur Suzane Opton que j’avais découverte à Lyon (billet ici), un travail remarquable complété cette fois de deux banderoles.

Opton---Casino-Luxembourg

Publicités

ArtBrussels 2009 – Les galeries étrangères – Partie 9

Poursuite de la longue série d’articles consacrée à ArtBrussels 2009 sous l’angle des photographes.

Elisabeth et Klaus Thoman (ici et Innsbruck ) montrait Clegg et Guttman. Photo et contemporary (Turin) avait choisi George Rousse (dont le travail est fameux en France – un billet ici),  Beatrice Pediconi et Niels Udo. La galerie Krinzinger (ici et Vienne) exposait Hans Op de Beeck tandis que Gladstone retenait Roe Ethridge (et pourtant cette galerie ne le représente pas a priori). Baronian Francey (Bruxelles et ici) montrait Marie Jose Burki, Florian Maier Aichen et Bruno Serralongue. Mario Mauroner (Vienne et ici) avait retenu Jan Fabre dont j’ignorais qu’il utilise la photographie. Tucci Russo (Turin et ici) avait choisi Conrad Shawcross et Robin Rhode.

Charlotte Moser (Genêve et ici) montrait Natacha Lesueur avec une intéressante série mêlant corps et nourriture. La galerie donne peu à voir en ligne et le site web de l’artiste est malheureusement en déshérence depuis des années mais il y a des choses à voir ici.