Galerie VU’ – Résiliences. la photo espagnoles au tournant des 60’s

La galerie VU‘ (site ici et 17, Boulevard Henri IV), qu’on ne présente plus, montre une exposition de plusieurs photographes espagnols réunis autour d’une tranche de vie: l’Espagne dees années 50-60. C’est jusqu’au 19 juin 2010.

C’est une exposition majeure à ne pas rater (et gratuite), quasiment de qualité muséale car, rappelons-le, VU’ dispose d’un espace considérable et a l’habitude d’accompagner ses expos de panneaux explicatifs fort bien faits. Les tirages sont bien entendus en vente, comptez au voisinage de 3 000 € en général avec une fourchette de 1 700 à 7 100.

En commençant la visite on tombe sur Virxilio Vieitez dont j’avais déjà vu le travail tant à Châlon qu’à Lyon et à Madrid, c’est dire s’il est connu et reconnu. Ses portraits empreints de gravité sont réellement époustouflants, surtout ceux des enfants, dans leurs habits, endimanchés, comme des miniatures d’adultes. Ces derniers paraissent à leur tour avoir sauté une génération et, d’âge mur, ils semblent déjà des vieillards, la peau tannée. Les scènes collectives m’ont semblé moins puissantes à l’exception des enterrements, cruels.

Avec Christer Strömholm on passe à un ensemble plus diversifié qui va du portrait à la street photography et c’est à mon avis dans ses photos de bars (à hôtesses ?) que l’atmosphère est la mieux rendue et c’est aussi une transition vers l’AFAL (Agrupación Fotográfica de Almería) et Joan Colom qui nous montre surtout des postérieurs féminins.

La visite se termine avec Francisco Gomez (portraits sur le vif et paysages urbains) , Ricard Terré (formats contemporains pour la semaine sainte et de petits formats comme très anciens) et Ramon Masats.

Beaucoup de tirages sont vintages alors venez profitez à Paris d’une exposition exceptionnelle.

Galerie Vu’ – Exposition très collective – derniers week-ends pour voir

La Galerie Vu’ (2 rue Jules Cousin et ici) je l’ai visitée bien souvent et j’en déjà parlé lors du Mois de la photo à Paris, en décembre dernier (ici). Il s’agit là de vous encourager à aller voir l’exposition (très) collective qui s’y déroule jusqu’au 18 avril, ce qui vous laisse encore seulement deux week-ends.

Je ne vais pas raconter ce qu’il y a à y voir vu que ce sont près de 30 auteurs photographes qui y sont présentés. J’ai relevé Engstrom, Botman, Ackerman, Castore, Terré, Broyer, Comment, Forsslund, Schuh, Dumas, Sriwanichpoom, Bizos, Stromholm, Tunbjork, Darzacq, Castro-prieto, Leblanc, Crespi, Bas, Blenkinsop, Silverthorne, Munoz, Zuili, Faucon, Wurstemberger, Pernot et Picard. Il semble que j’en ai oublié au vu de la liste sur le site de VU’ (ici).

Ce n’est pas tous les jours que vous aurez l’occasion de voir un tel nombre de photographes et de photographies dans des styles aussi variés et pour un coût de zéro euro.

Il y a dans le lot un certain nombre de photographes dont j’ai déjà parlé comme Tunbjork ainsi que Comment et Broyer (dans le billet déjà cité),  Darzacq (ici, les chutes, chez Les Filles du Calvaire),  Crespi et Silverthorne (ici – à Arles en 2008).

Courez-y vite.