Galerie Esther Woederhoff – van de Puttelaar, Ogoro et Jacot

La Galerie Esther Woederhoff (ici) présente jusqu’au 7 juillet (il est temps de se presser) les travaux de Carla van de Puttelaar, Kumi Ogoro et Monique Jacot.

Carla van de Puttelaar (son site ici) commence à être connue (vous pouvez voir son travail dans Photos Nouvelles n°55 de janvier-février 2009) et, pour ma part je suis fan. Elle présentait trois travaux déjà vus en format carré ( 3 200 euros encadrés) mais surtout le clou de l’exposition, à savoir 9  petits formats verticaux (79*39) de sa série Cranach (2 250 euros non encadrés). Ces tirages existent aussi grandeur nature en 205 * 78. Regardez le type de modèle (sa conformation, sa carnation, etc), la tenue portée (ou son absence), le fond toujours noir, la position des pieds et des mains et regardez aussi le reste de la série. A côté, deux Vénus de Cranach.

Kumi Ogoro (son site ici) montrait de grands formats (100*100) sous Diasec (2 300 euros en éditions de  5). J’avais déjà vu son travail dans l’autre revue francophone de référence (en fait trilingue car belge), View Photography Magazine (leur site ici).

 

Ces deux photographes ont été publiés chez Le caillou Bleu, encore une référence belge à retenir (site ici). Chez eux j’ai acheté le bouquin de Frank Rothe, Running Through The Wind.Tant que j’y suis je mentionne aussi Husson comme éditeur belge de livres de photos (leur site ici). Chez eux, j’ai acheté  Rhizome oriental de Philippe Herbet. Je vous conseille naturellement ces deux bouquins.

Dans ce contexte, le travail de Monique Jacot (de petits noirs et blancs argentique en 30*40 à 900 euros) paraissait un peu décalé et, pour tout dire, la génération 1934 (Monique) semblait un peu dépassée ou, au moins, pas à sa place, aux côtés des générations 1967 (Carla) et 1972 (Kumi). Son parcours brièvement résumé se trouve ici.

Allez voir cette expo, c’est jusqu’au 7 juillet 2009.

Galerie Esther Woederhoff – Collectif – Dehnel et LLorella

La Galerie Esther Woederhoff (ici) est l’une de mes préférée, loin de l’ex-brièvement-branché-13ème et du toujours-branché-Marais, cette Galerie vit tranquillement dans le 15ème, loin de la faune bobesque. A chaque nouvelle expo, je me précipite.

Cette fois, il s’agissait de Sabine Dehnel dont j’avais déjà dit deux mots(ici) car  son travail avait été exposé à ArtParis par ladite galerie. Cette fois, on voit mieux le travail car il y a plus de pièces et de place. L’autre bonne nouvelle c’est que le prix reste réaliste à 2 000 euros le 60×70. Le site de l’artiste, qui est aussi peintre, est bien fait (ici) mais je n’ai pas trouvé la série présentée à la galerie : le site semble s’arrêter en 2006. Les travaux présentés sont des variations du même thème (ci-dessous). En regardant de près, on remarque sur certaines photos que les boucles d’oreilles sont bien assorties au tee-shirt et, toujours, le modèle est légèrement peint.

Jordi Llorella avait moins les honneurs avec seulement trois photos, de grand format il est vrai. Des paysages. Je ne suis pas très fan des paysages, même s’il s’agit du Pays Basque. On trouvera des illustrations sur le site de son galériste de Barcelone (ici).

Art Paris 2009 – 1ères impressions : amateurs de photographies, courez-y vite !

Le salon Art Paris se déroule en ce moment à Paris et jusqu’au 23 mars. L’entrée est à seulement 10 euros si vous vous inscrivez sur leur site (ici).

Ce salon ne revendique pas le prestige de la FIAC mais, pour autant, il n’y a pas que des galeries de seconde zone et, cette année, des galeries dédiées à la photographies étaient invitées.

Bien que fréquentant assidument les galeries et parcourant le web des heures entières à la recherche de (jeunes) photographes, j’ai vu des photos que je n’avais à ce jour pu contempler que sur mon écran de portable comme celles de Polixeni Papapetrou, par exemple, chez Wanted. j’ai aussi fait des découvertes de photographes dont le travail m’a plu et dont j’ignorais lamentablement l’existence comme Susanne Junker et Philippe Assalit chez Acte2Galerie, Sabine Dehnel chez Esther Woederhoff ou bien encore Claudine Doury chez Camera Obscura. Dans certains cas, c’est une série que j’apprécie mais je n’en avais entrevu qu’un fragment jusqu’à présent et j’ai pu en voir là des prolongements comme la série Hair de Herlinde Koelbl que j’avais découverte au Luxembourg à la Galerie Clairefontaine (mon billet ici) et dont j’avais acheté le livre éponyme.

J’ose à peine souligner que 10 euros pour voir 15 galeries de 1er plan spécialisées en photographie et plus d’une centaine d’autres qui présentent des peintures mais aussi des photographies, ce n’est pas ruineux. Songez un instant à l’exposition LaChapelle ou au prix d’un magazine comme Azart photo à 9,90 €. Evidemment, il y a de meilleurs magazines pour moins cher et l’entrée des galeries est gratuite mais aller de l’une à l’autre prend du temps et n’est pas gratuit en frais de déplacement.

Autant dire qu’une visite s’impose.