Immix – Pouvreau, Argote et Clarke

Immix galerie (ici et 116 quai de Jemmapes) que j’ai découvert il y a peu (billet ici) avec un propos intéressant m’avait déçu la fois suivante et récidive hélas. Cette fois, le manque de moyens est criant voire pesant: l’absence d’accueil, les photos tirées sur de simples papier épinglés au mur, tout cela s’ajoute à un cadre déjà peu flatteur malgré la vue sur le canal Saint-Martin et rejaillit forcément sur la perception des travaux. C’est un peu dommage.

Dans cette solitude abandonnée, Paul Pouvreau, David Michael Clarke et Ivan Argote montrent leur travaux. Petit problème à nouveau, au lieu de faire simple, le choix a été fait de mélanger les oeuvres et le plan gentiment mis à disposition oblige tout de même à se casser la tête pour savoir qui on regarde. De l’art de sa faire des nœuds au cerveau pour pas grand chose. J’espère qu’un jour les galeries, petites ou grandes, nous dispenseront d’acrobaties inutiles et accrocheront les oeuvres avec un cartel (à moins que l’artiste ne refuse, ce qui n’est le cas le plus fréquent a priori – il suffit de fréquenter les musées). Le bilan des courses c’est qu’on ne se rappelle plus grand chose une fois rentré chez soi.

Paul Pouvreau, eh bien, rien ne m’a marqué. Par contre il est cité sur le site de la galerie et ça me laisse « pensif »: si comme le précise Roland Barthes la photographie est lié à son référent il semble que ce référent (le réel) se soit déplacé pour inclure de plus en plus un référent image sous des formes diverses. Hum, oui ?

Ivan Argote (son site qui donne le mal de mer, ici) ne sombre pas dans l’intellectualisme, il nous fait sourire (d’autres aussi mais ils ne le font pas toujours exprès)  avec « une tonne de gens ». C’est un peu potache mais c’est marrant: on voit un tas de photos montrant une balance avec le chiffre affiché entre les pieds des pesés et je suppose que le total fait 1 000. Je l’avais vu au Salon de Montrouge en 2009 (billet ici) et j’avais fait le même constat.

David Michael Clarke, lui aussi je l’ai déjà vu à Montrouge (même billet que Argote)avec la même série (les symboles Playstation).

Donc voila, ce n’était pas transcendant et a priori c’était le dernier jour d’exposition hier.

Publicités